Le ministre des Finances Bill Morneau à nouveau sur la sellette

Le ministre des Finances Bill Morneau
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Le ministre des Finances Bill Morneau

Le ministre des Finances Bill Morneau assure qu’il a suivi les conseils de la commissaire à l’éthique lorsqu’il a décidé de ne pas placer ses avoirs financiers dans une fiducie sans droit de regard.

« J’ai dévoilé tous mes actifs à la commissaire à l’éthique. J’ai écouté son avis quant à la meilleure façon d’éviter que je me retrouve en conflit d’intérêts. Et j’ai ensuite été de l’avant et je me suis conformé à cette approche, à la lettre », a insisté le ministre lundi.

Et si la commissaire changeait d’avis à la suite d’une des mises à jour annuelles que doivent présenter les élus sur leur situation financière, M. Morneau confierait « avec plaisir » ses avoirs à une fiducie sans droit de regard, a-t-il martelé.

À ses côtés, le premier ministre Justin Trudeau venait d’insister pour répondre à sa place, en assurant à son tour que le ministre avait suivi « toutes [les] recommandations » de la commissaire à l’éthique, Mary Dawson.

Attaqué

Le ministre Morneau a une fois de plus été attaqué par l’opposition après que le Globe and Mail eut révélé lundi que ses actifs n’avaient pas été confiés à une fiducie sans droit de regard.

Or, le bureau de Mme Dawson a confirmé au Devoir que « Bill Morneau s’est conformé aux conseils de la commissaire », ce qui laisse sous-entendre que d’autres mesures ont été recommandées afin d’éviter que le ministre se trouve en situation de conflit d’intérêts.

« La commissaire a déterminé, sur la base des informations qui lui ont été fournies par le ministre, qu’une fiducie sans droit de regard n’était pas requise », a tranché son bureau.