Trudeau offre un mea culpa aux autochtones devant l’ONU

Le premier ministre canadien Justin Triudeau, devant l'Assemblée générale de l'ONU
Photo: Timothy A. Clary Agence France-Presse Le premier ministre canadien Justin Triudeau, devant l'Assemblée générale de l'ONU

Devant l’Assemblée générale des Nations unies, Justin Trudeau a exprimé la « honte » du Canada pour le mauvais traitement subi par les Premières Nations.

Le premier ministre, qui a pris la parole en début d’après-midi jeudi, a rappelé tout ce que les Autochtones ont subi au Canada et subissent encore.

Les membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis ont vécu « humiliation, négligence et agressions », a dit M. Trudeau.

Après avoir rappelé qu’aujourd’hui encore des réserves autochtones n’ont pas accès à de l’eau potable, il a souligné les efforts de son gouvernement pour « corriger le passé ». Il a cité sa récente décision de créer un nouveau ministère des Relations Couronne-Autochtones et un autre de Services autochtones. Cette nouvelle structure devrait, selon lui, conduire à plus d’autonomie pour les Autochtones et à l’autodétermination qui est « au cœur » de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

« Je suis sûr que nous atteindrons un point où la réconciliation sera possible », a-t-il dit.

Liant le sort des Autochtones au problème des changements climatiques, le premier ministre canadien a insisté, une fois de plus, sur l’importance de l’Accord de Paris sur le climat.

« Aucun pays sur la planète ne peut échapper à la réalité des changements climatiques », a-t-il insisté.

M. Trudeau utilise également son passage à l’ONU pour faire avancer sa campagne pour que le Canada obtienne un siège au sein du Conseil de sécurité des Nations unies en 2021.

À voir en vidéo