Martine Ouellet dénonce «la montée de la gauche religieuse»

La chef bloquiste Martine Ouellet
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne La chef bloquiste Martine Ouellet

Après la droite religieuse, Martine Ouellet dénonce ce qu’elle perçoit comme une montée de la gauche religieuse.

Elle attaquait ainsi la candidature de Jagmeet Singh, un sikh pratiquant, à la chefferie du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui suscite un malaise chez certains militants québécois.

Le député Pierre Nantel a fait une sortie samedi en affirmant que les Québécois n’accepteraient pas un chef de parti qui porte un signe religieux ostentatoire.

M. Singh a souligné dans un discours dimanche qu’il croyait « fermement dans la séparation de la religion et de l’État » et qu’il partageait les valeurs progressistes des sociaux-démocrates.

Des propos ambigus, selon Martine Ouellet, pour qui le turban et le kirpan que porte M. Singh sont une façon de faire la promotion de sa religion.

Elle l’a également sommé de respecter la volonté de l’Assemblée nationale du Québec sur la laïcité de l’État. Le gouvernement québécois compte adopter le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État.

Ce projet de loi vise à encadrer la livraison et la réception de services à visage découvert ainsi que les demandes d’accommodement.

Jagmeet Singh s’oppose à ce projet de loi et a déjà affirmé dans une entrevue accordée au Huffington Post qu’il serait prêt à soutenir des groupes qui le contesteraient. Il a ensuite nuancé ses propos à la suite du débat des candidats à Montréal en spécifiant qu’il n’utiliserait pas des fonds fédéraux pour contester la loi québécoise sur la neutralité religieuse de l’État.

7 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 18 septembre 2017 21 h 53

    Une idéologie plus pernicieuse qu'une coiffe

    Honnêtement, la coiffe de M. Singh m'amuse. S'il l'aime, c'est son affaire.

    Ce que je trouve pernicieux, c'est sa fixation constitutionnelle.

    J'ai écrit le texte 'Les services à visage découvert et les droits constitutionnels' précisément pour souligner que la Canadian Constitution est une loi dysfonctionnelle face à l'intégrisme religieux.

    En voici un extrait : "On ne se demande pas si l’interdiction du niqab et le la burka (lors de la prestation d'un service gouvernemental) est justifiée : on constate simplement que cette interdiction est contraire à la Canadian Constitution et on voudrait que nous nous inclinions béatement devant cette dernière.

    Comme s’il s’agissait d’un texte sacré que l’ancien premier ministre Pierre-Elliott Trudeau — tel Moïse descendant de la colline Parlementaire — aurait confié à son peuple de la part de Dieu.

    Au contraire, la Canadian Constitution est une loi ethnique votée par l’ethnie dominante du Canada à l’issue d’une séance ultime de négociation à laquelle le Québec n’a pas été invité."

    Ce que prêche M. Singh, c'est que les Québécois enfilent une camisole de force constitutionnelle est disent merci.

  • Jean-Sébastien Garceau - Inscrit 18 septembre 2017 23 h 16

    "La gauche religieuse" si elle existe, elle est dans l'industrie textile.

    Cela a le désavantage qu'on ne parle que de vêtement et très peu d'idées.
    Je suis beaucoup plus inquiet des types "droite religieuse" : conservateur, invisible jusqu'à ce qu'ils disent que les homosexuels sont contre nature, qu'il est religieusement nécessaire de supporter Israël, etc.
    Même un type plus ou moins réactionnaire comme Jean Tremblay, religieux notoire, mais "normal" m'est assez antipathique.
    Moindrement qu'on détaillerait les idées d'une "gauche religieuse", le terme religieux tendrait à se rapprocher du terme "spiritualité", genre comment vous vous recentrez ou comment vous prenez soin de vous et comment ceci vous inspire normalement à vouloir une implication positive de l'État dans les services au citoyens. Un type comme Gilles Kègle par exemple pourrait bien en inspirer d'autres.
    Tout ceci pour dire que la neutralité d'apparence est loin d'être un gage de la neutralité religieuse, ni un indice qu'il s'agit de quelqu'un avec de bonnes idées.

  • Yvon Massicotte - Abonné 18 septembre 2017 23 h 48

    À écouter un tel commentaire, je ne voterai pas Bloc

    Face à la perte de crédibilité du NPD qui se révèle incapable, après un bel effort, de vraiment s'intégrer dans le paysage politique québécois et d'y représenter sa facette progressiste, je songeais que peut-être le Bloc y retrouverait, lui, sa pertinence et pourrait de nouveau offrir un choix conséquent.

    Mme Ouelette votre commentaire me fait comprendre que vous n'hésiterez pas à jouer dans les pires plate-bandes identitaires tout comme le PQ! Comme alternative progressiste, vous venez de vous disqualifier à mes yeux, vous et votre parti.

    • Patrick Boulanger - Abonné 19 septembre 2017 08 h 24

      M. Massicotte, pour qui allez-vous voter alors? Le PVC?

  • Patrick Boulanger - Abonné 19 septembre 2017 08 h 53

    « selon Martine Ouellet, pour qui le turban et le kirpan que porte M. Singh sont une façon de faire la promotion de sa religion »?

    Décevant cette pensée de Mme Ouellet. On peut avoir une croix dans le cou ou un turban sur la tête sans avoir l'intention de faire la « promotion » de sa religion. Je me questionne maintenant à savoir si le BQ va avoir mon vote lors du prochain scrutin.

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 19 septembre 2017 11 h 23

      Mme Ouellet est une défenderesse passionnée du Québec. C'est une femme brillante à qui il arrive de faire des déclarations intempestives (ce qui m'arrive également).

      Nous avons affaire ici d'un 'cheap shot' partisan. Il faut prendre cela avec un grain de sel. Le Bloc veut reconquérir le vote des Québécois.

      Avec M. Singh à sa tête, Mme Ouellet n'a même pas à l'attaquer son apparence physique: le NPD sera rayé de la carte au Québec à la prochaine élection. Attendez-vous à des transfuges vers d'autres partis d'ici-là.

    • Patrick Boulanger - Abonné 19 septembre 2017 18 h 54

      @ M. Martel

      Il faut prendre cela avec un grain de sel? Je ne prend pas cela de cette façon M. Martel. Mme Ouellet touche à un sujet sensible qui demande beaucoup de doigté et elle décide malgré tout de se comporter d'une façon qui mérite la réprobation.