Trudeau rencontre des militants autochtones campés sur la colline du Parlement

Le premier ministre Justin Trudeau et sa femme ont passé près d’une demi-heure à l’intérieur du tipi avec ces militants «protecteurs de l’eau».
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le premier ministre Justin Trudeau et sa femme ont passé près d’une demi-heure à l’intérieur du tipi avec ces militants «protecteurs de l’eau».

Ottawa — Justin Trudeau dit avoir livré un message de respect et de réconciliation, vendredi, aux militants autochtones qui ont installé leur tipi sur la colline du Parlement — et qui comptent y rester tout au long des célébrations du 1er juillet.

Le premier ministre et sa femme, Sophie Grégoire, sont arrivés sur place en avant-midi, tandis que la capitale était plongée dans les préparatifs de la fête du Canada, qui devrait attirer une foule d’un demi-million de personnes à Ottawa ce week-end.

Les manifestants de Sault Ste. Marie, en Ontario, ont érigé le campement mercredi soir dans le cadre de cette « réoccupation », qui vise à sensibiliser les Canadiens à l’histoire des Autochtones du pays, marquée par le génocide et l’assimilation.

Neuf d’entre eux avaient initialement été arrêtés puis relâchés, avant que les autorités ne leur permettent finalement de s’installer sur la pelouse principale plutôt qu’en bordure du terrain.

Jeudi, M. Trudeau s’était dit sensible à leur message, admettant volontiers que plusieurs membres des Premières Nations n’ont pas le coeur à célébrer le 150e anniversaire de la fédération.

Vendredi, le premier ministre et sa femme ont passé près d’une demi-heure à l’intérieur du tipi avec ces militants « protecteurs de l’eau ».

« Nous sommes en territoire algonquin, nous avons le droit d’y pratiquer nos traditions », martelait la veille l’organisateur de la manifestation, Brendon Nahwegezhic.

À voir en vidéo