NPD: les deux nouveaux candidats à la chefferie sautent dans la mêlée

Jagmeet Singh a lancé sa campagne pour la chefferie du NPD fédéral à Brampton, en Ontario, le 15 mai dernier.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Jagmeet Singh a lancé sa campagne pour la chefferie du NPD fédéral à Brampton, en Ontario, le 15 mai dernier.

Ottawa — Deux nouveaux aspirants chefs du Nouveau Parti démocratique (NPD) ont participé au débat entre les candidats, qui se tenait dimanche après-midi à Sudbury, dans le nord de l’Ontario.

Le député du NPD provincial ontarien Jagmeet Singh et l’ancien ombudsman des vétérans Pat Stogran font maintenant partie de la course pour succéder à Thomas Mulcair. Ils n’ont pas perdu de temps avant de s”affronter.

Pat Stogran, qui s’est acquis une réputation de franc-parler alors qu’il était le protecteur fédéral des anciens combattants, a contesté M. Singh après que celui-ci eut laissé entendre qu’il faudra « un acte d’amour » pour que le parti puisse convaincre l’électorat.

« On doit comprendre la réalité des petites collectivités locales qui sont isolées. Cela nécessitera un acte d’amour pour comprendre que nous sommes tous unis », a déclaré M. Singh.

« Il ne suffit pas d’aimer, a rétorqué M. Stogran. Que peut-on répondre à cela ? Comment parviendrez-vous à faire entendre la voix de ces gens à Ottawa ? »

Les quatre autres candidats sont tous députés fédéraux : la Manitobaine Niki Ashton, le Québécois Guy Caron, l’Ontarien Charlie Angus et le Britanno-Colombien Peter Julian.

M. Angus a fait valoir qu’il était important de reconnaître que les Canadiens n’ont plus confiance envers les politiciens, quel que soit leur parti. Il a ajouté que le NPD avait échoué à atteindre les collectivités.

« Parlons des gens qui se sentent déconnectés et exclus, a-t-il souligné. Ces gens qui se battent pour leur régime de retraite, ces gens qui n’ont pas accès à des soins dentaires. Nous devons être le parti qui les appuie. »

Selon lui, c’est aux néodémocrates de démontrer qu’ils sont prêts à se battre pour les électeurs.

Andrew Scheer, nouvelle cible

Les candidats ont discuté de plusieurs sujets, dont le droit des autochtones, l’économie et le développement des ressources. Ils se sont aussi fait questionner sur l’élection du nouveau chef conservateur, Andrew Scheer.

Peter Julian et Niki Ashton ont dénoncé les positions de M. Scheer, notamment sur les droits de la communauté LGBTQ et l’avortement. Mme Ashton a même comparé M. Scheer à Donald Trump, le controversé président des États-Unis.

Mme Ashton a avoué son inquiétude devant l’élection de M. Scheer. « C’est à cela que ressemblent les politiques et les idées à la Trump dans notre pays », a-t-elle dit.

Charlie Angus n’a pas critiqué ouvertement M. Scheer, affirmant que le NPD devrait laisser les conservateurs et les libéraux « faire leurs affaires ».« Je suis reconnaissant que les conservateurs aient élu leur chef, a dit M. Angus. Occupons-nous maintenant de faire notre travail. »

M. Caron a aussi suggéré de laisser les libéraux et conservateurs s’entredéchirer, laissant entendre que leurs propositions sont plutôt similaires.

Le député québécois a plutôt comparé M. Scheer à l’ancien premier ministre Stephen Harper. « Il n’est pas si différent, a-t-il fait valoir. Il se fie à la même base politique. On sait ce que cela signifie pour nous. On le sait parce qu’on a lutté contre ces conservateurs au Parlement. »

À voir en vidéo