Trudeau, plus grand voyageur que Harper

Le premier ministre débarquant du Challenger, à Berlin, en février dernier
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le premier ministre débarquant du Challenger, à Berlin, en février dernier

Justin Trudeau est un plus grand globe-trotter que son prédécesseur. Au cours de sa première année au pouvoir, le premier ministre s’est rendu plus souvent à l’étranger et a engendré des dépenses de déplacement 56 % plus élevées.

Selon une compilation effectuée par Affaires mondiales Canada et obtenue par Le Devoir en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, M. Trudeau a effectué 13 voyages internationaux entre son arrivée au pouvoir, le 4 novembre 2015, et le 4 novembre 2016. Ces voyages ont coûté aux contribuables 6,1 millions de dollars. Stephen Harper, pour sa part, avait effectué neuf sorties du pays pendant sa première année de règne se terminant le 6 février 2007. Ces pérégrinations avaient coûté 3,9 millions de dollars. La différence de 2,2 millions représente une hausse de 56 %.

13
Nombre de voyages internationaux effectués par Justin Trudeau entre son arrivée au pouvoir et le 4 novembre 2016.

Les types de voyages effectués par les deux dirigeants sont similaires. Ainsi, les deux premiers ministres sont allés pendant leur première année au sommet du G7 ou du G8 (au Japon pour le libéral, en Russie pour le conservateur), au sommet Canada-Union européenne (à Bruxelles pour M. Trudeau, à Helsinki pour M. Harper), à la réunion de l’APEC (à Manilles pour M. Trudeau, à Hanoï pour M. Harper) et au sommet de l’OTAN (en Pologne en 2016, en Lettonie dix ans plus tôt).

Au-delà de ces similitudes, Justin Trudeau s’est rendu à trois reprises à New York et à deux reprises à Washington. M. Harper n’était allé qu’une fois dans chacune de ces villes américaines. M. Trudeau a aussi effectué une tournée européenne s’étant terminée à Paris pour le sommet COP 21 sur les changements climatiques. Il s’est rendu en Chine pour le sommet du G20 et a fait acte de présence en Israël pour les funérailles d’État de l’ancien président Shimon Peres. Pour sa part, M. Harper s’était rendu à deux reprises au Mexique et avait effectué une visite-surprise aux soldats déployés en Afghanistan. Le coût de ce dernier voyage est artificiellement bas (29 560 $) parce que la délégation canadienne réside sur la base militaire dont les frais ne sont pas comptabilisés.

En mars dernier, Le Devoir avait publié une compilation des frais de voyage des ministres libéraux. On y apprenait qu’au cours de sa première année au pouvoir, le cabinet libéral a engendré des dépenses de 2,05 millions contre 1,5 million pour le cabinet conservateur, soit une différence de 35 %. Dans ce même texte, Le Devoir comparait les frais de voyage à l’étranger de MM. Trudeau et Harper, mais seulement pour leurs cinq premiers mois au pouvoir puisque c’étaient les seuls chiffres disponibles pour M. Trudeau. Le fossé entre les deux hommes était alors plus grand, de l’ordre du 10 pour 1.

Il est à noter qu’aucun de ces montants n’inclut le coût d’utilisation du Challenger, l’avion que le premier ministre est obligé de prendre et dont les frais sont à la charge de la Défense nationale.

7 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 15 mai 2017 01 h 17

    seul les gens obtus ne comprennent pas ca

    C'est déja le signe qu'il est un premier ministre moderne,savoir que le monde existe est important, fascinant et nécessaire, les romains n'avaient-ils pas conquis plus de la moitié du monde connu et ne parlons- nous pas du monde cyber seul les gens obtus ne comprennent pas ca

  • Guy Lafond - Inscrit 15 mai 2017 06 h 24

    Nos empreintes "carbone"

    À propos de nos trains de vie,

    Je crois que les chefs d'État ne font pas non plus exception. Ils doivent montrer l'exemple, eux (elles) aussi, et réduire leurs empreintes carbone dans tous les déplacements qu'ils effectuent.

    Je crois que le premier ministre du Canada, le très honorable Justin Trudeau, pourrait réduire le nombre de ses voyages et utiliser davantage les appels conférences ou des réunions sur support virtuel et en circuit fermé si cela lui chante.

    Je pense que le premier ministre du Canada pourrait se déplacer dans un avion de la C Séries de Bombardier, reconnu pour être moins polluant et plus économique.

    Et comme le Pape François, je crois que le premier ministre du Canada aurait aussi cette option de faire ses déplacements terrestres dans une voiture plus propre et plus économique.

    Le premier ministre du Canada aura un choix bien évidemment de sonder l'opinion publique à ce propos en passant peut-être par son Conseil privé et si le budget l'autorise.

    Respectueux de l'environnement et du climat,

    (Un Québécois à vélo et à pied d'oeuvre près de chez vous)

    • Louise Collette - Abonnée 15 mai 2017 14 h 15

      C'est pour lui l'occasion d'aller se pavaner à travers le monde, regardez-moi, je suis là, je suis beau, du moins je le crois... ;-)
      <<les appels conférences>> c'est pas glorieux ça...

  • Andrée Phoénix-Baril - Abonnée 15 mai 2017 08 h 25

    PM. Trudeau grand voyageur

    Entièrement d'accord avec vous M.Paquette. Salutation.
    Andrée P.Baril

  • Gilles Théberge - Abonné 15 mai 2017 08 h 57

    Au diable la dépense?

    Quand on est dans la famille des dieux, qu'est-ce que ça peut bie faire?

  • Maryse Veilleux - Abonnée 15 mai 2017 11 h 48

    Une vision du monde

    D'accord avec monsieur Paquette, la honte qu'a jeté sur nous monsieur Harper par ses conceptions limitées du monde et sa politique internationale est heureusement rachetée par monsieur Trudeau.