Les groupes progressistes invitent leurs troupes à appuyer Michael Chong

Le candidat à la chefferie du Parti conservateur Michael Chong
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le candidat à la chefferie du Parti conservateur Michael Chong

Michael Chong est le grand favori des progressistes de centre gauche dans la course à la chefferie conservatrice. Trois groupes ayant recruté des milliers de membres, comme le révélait Le Devoir, recommandent ces jours-ci à leurs sympathisants d’appuyer le candidat progressiste du lot.

La campagne « Une opposition tolérable » estime avoir encouragé quelque 5000 personnes — et pas des conservateurs, dans la quasi-totalité des cas — à devenir membres du Parti conservateur pour pouvoir voter pour le prochain chef. Lundi matin, le groupe donnait ses recommandations de vote à ses sympathisants : en premier choix, Michael Chong, suivi de Lisa Raitt, Andrew Saxton, Erin O’Toole et Deepak Obhrai.

Selon cette recommandation, M. Chong « est le plus en mesure de défier un gouvernement libéral », il est « le seul candidat avec une politique environnementale crédible » et son plan pour moderniser le Parlement et bonifier l’indépendance des députés « profiterait à tous les Canadiens ».

Il est le seul candidat avec une politique environnementale crédible

 

Les deux meneurs de la course, Maxime Bernier et Andrew Scheer, figurent aux 6e et 7e rangs. « Une opposition tolérable » ne précise pas ce qui est négatif dans leur candidature, mais cite simplement quelques-unes de leurs positions.

Du côté de End Bigotry, ce sont environ 3000 personnes qui auraient transité par ce site Internet pour rejoindre le Parti conservateur. Le mot d’ordre officiel ne leur a pas encore été envoyé, mais déjà, leur premier choix ne fait pas de doute : Michael Chong, là aussi. Les deuxième ou troisième choix du groupe restent à voir, explique Urz Heer. Mme Heer travaille avec la campagne de Michael Chong, mais indique que ce n’est pas le cas de tous les organisateurs de End Bigotry, qui ne sont que des « citoyens préoccupés ».

Le groupe veut « s’assurer qu’on ait un chef qui représente tout le monde », a fait valoir Mme Heer au Devoir. « Le temps venu d’une élection fédérale, [M. Chong] sera le mieux placé pour défier le gouvernement actuel et plaire aux Canadiens moyens ». Certains candidats ont adopté un « ton raciste » au fil de la campagne à la chefferie, déplore-t-elle, et End Bigotry milite pour l’élection d’un chef qui sera « une voix équitable et rationnelle pour tous ».

Patience

Le site A Strong Canada en est encore à sonder les 1500 à 2000 personnes qui ont transité par sa page pour rejoindre le PC. « À l’heure actuelle, on appelle les gens à patienter avec leur bulletin de vote, pour s’assurer qu’ils aient une vraie vue d’ensemble de la course. Parce que tout peut changer dans une semaine ou deux », explique l’un des fondateurs, Aaron Binder. D’autres candidats pourraient abandonner, ou perdre ou gagner de l’élan.

Les conservateurs ont jusqu’au 26 mai pour retourner leur bulletin de vote au parti par la poste. Autrement ils pourront voter à l’un des bureaux de scrutin des grandes villes le 27 mai — jour de l’annonce du gagnant.

Andrew Scheer écarté

A Strong Canada a consulté End Bigotry et Une opposition tolérable, et risque bien de partager ses propres recommandations d’ici deux semaines. Pour l’instant, le site suggère à ses partisans de voter aux quatre premiers rangs — sans préciser dans quel ordre — pour Lisa Raitt, Chris Alexander, Michael Chong, Maxime Bernier, Andrew Saxton, Deepak Obhrai ou Rick Peterson. Le second meneur de la course, Andrew Scheer, n’y figure par en raison de ses positions sociales très conservatrices, note M. Binder.

La semaine dernière, Le Devoir révélait que la frange sociale du Parti conservateur s’organisait de son côté pour que ses partisans appuient Pierre Lemieux ou Brad Trost — tous deux pro-vie — ou encore Andrew Scheer — quoique sa candidature en ait déçu certains puisqu’il promet que son gouvernement ne légiférera pas en matière d’avortement.
 

Qui sont les candidats et les potentiels aspirants-chefs ?

À voir en vidéo