Course à la chefferie du PCC : Kevin O’Leary participera au dernier débat

Le candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada Kevin O’Leary
Photo: Lars Hagberg La Presse canadienne Le candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada Kevin O’Leary

Les conservateurs songent à changer la formule de leurs débats à la chefferie pour la dernière joute oratoire de leur course, le mois prochain. Du coup, Kevin O’Leary estime que l’exercice sera suffisamment intéressant pour qu’il y participe.

« Oui, on y sera », a confirmé l’attaché de presse de l’homme d’affaires, Ari Laskin. « Le parti nous a laissés entendre qu’il réfléchirait à une façon de permettre aux candidats de présenter leurs idées adéquatement, et non seulement à coup de courtes déclarations de deux secondes », a-t-il relaté au Devoir.

Kevin O’Leary avait boudé le débat d’Edmonton, le mois dernier, en critiquant le format qui offrait peu de temps de parole aux 14 candidats réunis sur scène. « C’est une insulte aux membres », a renchéri M. Laskin. Kevin O’Leary avait en outre boudé le débat francophone de Québec, en janvier, en se portant candidat dès le lendemain.

Le Parti conservateur souhaite lui aussi modifier son dernier débat bilingue, prévu le 26 avril à Toronto. Le comité organisateur de la course doit se rencontrer cette fin de semaine afin de convenir d’une proposition pour les candidats. Le PC pourrait suggérer, selon nos informations, que le débat se déroule en deux temps : une première heure avec tous les candidats — afin que chacun puisse débattre avec tous ses rivaux —, puis une seconde les départageant en petits groupes ce qui permettrait des échanges plus longs.

« Aucune décision n’a été prise », a indiqué le porte-parole du parti Cory Hann. Le PC a modifié le format de ses débats au fil de la course — le premier comptait 12 questions, le quatrième à Edmonton en comptait six et accordait trois droits de réplique aux candidats. « Plusieurs options sont sur la table. Ça pourrait être un gros changement, ça pourrait être un petit changement », s’est contenté d’indiquer M. Hann.

La majorité des équipes serait ravie que le débat de Toronto soit différent. « N’importe quoi serait mieux », a indiqué l’une des campagnes. D’autant plus que ce dernier débat de la course sera « très important » de l’avis d’un autre camp qui note que ce sera l’occasion de convaincre les indécis qui auront un mois pour voter. Le choix du prochain chef conservateur sera dévoilé le 27 mai à Toronto.

À voir en vidéo