Trudeau admet qu’il aurait pu répondre en anglais

Lors de l’assemblée publique, plusieurs citoyens ont posé des questions en anglais au premier ministre Justin Trudeau.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Lors de l’assemblée publique, plusieurs citoyens ont posé des questions en anglais au premier ministre Justin Trudeau.

Sherbrooke — Le premier ministre Justin Trudeau reconnaît qu’il aurait pu répondre en partie en anglais à une citoyenne de Sherbrooke qui lui a posé une question sur l’accès aux services en anglais mardi soir. « Sur réflexion, ça aurait été une bonne chose à faire », a-t-il concédé lors d’un point de presse à l’Université Bishop’s, à Sherbrooke. Il a souligné qu’il tenait à s’adresser aux citoyens en français au Québec, ajoutant qu’il avait répondu en anglais à une personne qui lui avait posé une question en français à Peterborough, en Ontario. La chose ne lui a pas été reprochée par qui que ce soit. « Les prochaines fois, je vais m’assurer d’amener un peu plus de bilinguisme, a-t-il conclu mercredi matin. Je suis très conscient qu’au Québec, c’est la langue de Molière qui prend le dessus. Mais il faut toujours respecter la réalité et les difficultés auxquelles font face les communautés linguistiques en situation minoritaire. »

3 commentaires
  • Michèle Lévesque - Abonnée 18 janvier 2017 17 h 10

    Tellement attristant !

  • Claude Gélinas - Abonné 18 janvier 2017 17 h 22

    Les deux solitudes et les ministres unilingues.

    Non seulement, le PM aurait dû traduire sa réponse en français par respect pour les participtans mais il devrait s'efforcer d'avoir un discours plus fluide en français sans oublier que les 3 ministres sur 6 récemment assermentés auraient pû faire l'effort de lire une page en français par respect pour les 2 peuples fondateurs.

  • Donald Kellough - Abonné 18 janvier 2017 19 h 31

    Du franglais à son meilleur!

    « J’aurais peut-être pu répondre en partie en anglais et en partie en français. Sur réflexion, ça aurait été une bonne chose à faire »

    "SUR réflexion"?? Ça flaire l'anglais à plein nez: "Upon reflection..."

    Le bilinguisme, yes sir!