Ottawa et Québec investissent dans les infrastructures des cégeps et universités

<p>Ottawa investit 385 millions et Québec 345 millions, ont annoncé les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard.</p>
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne

Ottawa investit 385 millions et Québec 345 millions, ont annoncé les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard.

Les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard ont signé une entente, vendredi à Montréal, qui permet d’importants investissements dans les infrastructures postsecondaires.
 

Le gouvernement fédéral y consacrera 385 millions, le gouvernement québécois 345 millions et les établissements d’enseignement supérieur ainsi que les investisseurs privés ensemble y injecteront 361 millions.
 

Le premier ministre Trudeau a précisé que cette contribution fédérale de 385 millions permettra la réalisation de 101 projets.
 

Au total, ce sont donc 1,09 milliard qui seront investis dans les infrastructures des cégeps et des universités du Québec pour la recherche et l’innovation, a souligné M. Trudeau.


L’annonce a été faite vendredi par les deux premiers ministres, en présence de plusieurs ministres du gouvernement Couillard et de plusieurs représentants des cégeps et universités.
 

Entre autres projets qui seront ainsi financés, l’Université de Montréal et ses affiliés toucheront 98,7 millions pour 10 projets, à même le Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires.
 

« Il s’agira ainsi de l’un des plus grands programmes d’investissement de l’histoire de l’université », a affirmé M. Trudeau.
 

L’Université de Montréal consacrera la plus grande partie de cette somme à son complexe des sciences, situé sur le terrain de l’ancienne gare de triage d’Outremont.
 

« Ce sera l’un des plus grands centres d’innovation au pays, où les chercheurs travailleront ensemble dans les installations de calibre mondial pour trouver des solutions aux problèmes auxquels notre pays et notre monde font face », a ajouté M. Trudeau.
 

Le Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires vise à accroître la taille ou la qualité des infrastructures de recherche ou des installations de formation spécialisée, en plus d’« améliorer la viabilité environnementale » de ces infrastructures.
 

Le premier ministre Couillard, de son côté, a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas seulement d’investissements « dans le béton », dans les infrastructures, mais qui avaient un but de formation et d’enrichissement collectif.
 

« Ce sont de meilleurs environnements, qui donnent de meilleurs soins pour les patients et de meilleurs transferts de connaissances, de meilleurs cours pour les étudiants et plus de réussite pour notre jeunesse », a-t-il affirmé.
 

« Il y aura, d’ici 2018, 101 projets de rénovation, d’agrandissement et de construction dans 46 établissements d’enseignement supérieur partout au Québec, dans toutes les régions », s’est réjoui le premier ministre Couillard.
 

Présente sur place, la Fédération des cégeps s’est félicitée de cette annonce, vu la vétusté de plusieurs établissements collégiaux.
 

« Dans le cadre de cette entente, une quarantaine de projets soumis par des cégeps seront soutenus par un investissement qui permettra leur réalisation. Nous accueillons positivement cette annonce, d’autant plus que les besoins sont grands dans notre réseau », s’est réjoui Bernard Tremblay, président de la Fédération des cégeps. La fédération représente 48 cégeps dans l’ensemble du Québec.
 

Le recteur de l’Université de Montréal, Guy Breton, y a vu pour sa part une preuve de l’importance des universités et de l’enseignement postsecondaire pour les deux ordres de gouvernement. « C’est un symbole qui parle, c’est un symbole qui est fort », a-t-il commenté.

 

5 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 16 décembre 2016 11 h 21

    ???

    Pourquoi une seule photo de (Ti Pet) Trudeau ?

    L'Éducation n'est-elle pas un champs de compétence "exclusif" des provinces?

    Où est Couillard, il n'apparaît pas sur cette photo.

    Est-ce la nouvelle façon d'illustrer le mouvement dans les champs de compétence des provinces...?

  • Pierre Marcotte - Inscrit 16 décembre 2016 12 h 38

    Et les compétences du Québec?

    De quoi il se mêle, le petit Trudeau? Il a *encore* oublié que l'éducation est de compétence provinciale. Il arrive avec ses gros sabots pleins de cadeaux et son sourire SnapChat, mais en fait il contribue à la dépendance des Québécois au système réductionniste fédéral du Canada. Plus il donne d'argent via l'horrible "pouvoir de dépenser" plus les gouvernements libéraux québécois se disent qu'ils peuvent économiser et graisser les poches de leurs ti-zamis.
    Ne perdons pas la notion que si le gouvernement du Québec imposait les banques 2% sur leur revenus, l'éducation serait gratuite pour tous, de la maternelle jusqu'à l'université, au public comme au privé. Mais non, on ne fait pas ça. On préfère grossir l'illusion de générosité du fédéral et maintenir les citoyens dans un système qui rabroue leur réelle liberté d'action politique.
    Restez pauvres et dociles, qu'y disaient. revotez pour nous, qu'y disaient.
    Une pomme de route bien vernie reste une pomme de route.

  • François Dugal - Inscrit 16 décembre 2016 13 h 57

    En complémentaire, monsieur le président

    Dans un premier temps, comment se fait-il que ces bâtiments se sont détériorés?

  • Raynald Rouette - Abonné 16 décembre 2016 16 h 28

    Ça sent les élections 2018...


    «La fabrique de l'homme endetté continue».

    D'où proviendra l'argent, quelles seront les sources, la Caisse de Dépôt et de Placement sera-t-elle encore mise à contribution? Si c'est le cas, le gouvernement libéral est-il train de dilapider le bas de laine des Québécois?

    Quand les travaux débuteront-ils et sur combien d'années?

    Attendons de voir ce que cela va donner concrètement à cours et à moyen terme.

    Trop beau pour être vrai?

  • Pierre Demers - Inscrit 16 décembre 2016 17 h 01

    L'Éducation n'est-elle pas un champs de compétence "exclusif" des provinces?

    L'Éducation n'est-elle pas un champ de compétence "exclusif" du Québec?

    Pierre Demers LISULF 17h HNE 16XII2016