Sondage sur la réforme électorale: le commissaire à la vie privée ouvre une enquête

Photo: Olivier Zuida Le Devoir

Ottawa — Le commissaire à la protection de la vie privée a ouvert une enquête sur le controversé sondage du gouvernement fédéral sur la réforme électorale.

Le commissaire Daniel Therrien n’attendra toutefois pas la conclusion de cette enquête pour passer à l’action. Selon la porte-parole Valerie Lawton, il a déjà émis une série de recommandations préliminaires afin de protéger les informations personnelles des participants au sondage sur mademocratie.ca.

La consultation doit se poursuivre jusqu’à la fin de l’année.

Bien que les participants ne soient pas tenus de révéler leur nom, ils doivent divulguer leur genre, leur âge, leur plus haut niveau d’études, leur profession, leur salaire familial combiné, leur langue natale, leur code postal, l’intérêt qu’ils accordent à la politique et à l’actualité, puis préciser s’ils s’identifient à une minorité.

Or, Michael Geist, expert en droit d’Internet et du commerce électronique de l’Université d’Ottawa, expose qu’un simple code postal suffit pour identifier un individu.

 

À voir en vidéo