Publicité - Le NPD veut vendre Jack Layton, le Québécois

Ottawa — À l'approche d'élections attendues au printemps, le Nouveau Parti démocratique (NPD) lancera ce week-end une campagne publicitaire télévisée dans laquelle on vante les «racines québécoises» du chef Jack Layton. On s'en prend aussi au parti «des p.-d.g.», les libéraux de Paul Martin.

L'objectif avoué des stratèges néo-démocrates est de faire connaître M. Layton aux citoyens qui ne suivent pas assidûment la politique fédérale. La plupart des publicités en français seront diffusées sur les antennes montréalaises des réseaux TVA et TQS, mais quelques messages pourront être vus sur les ondes de chaînes spécialisées. On veut notamment rejoindre les jeunes et les femmes.

«Les p.-d.g. ont leur parti, les libéraux de Paul Martin», dit le chef néo-démocrate dans le message publicitaire avec, en arrière-plan, des drapeaux du Québec et du Canada. Il fait référence au passé d'homme d'affaires du premier ministre, devenu multimillionnaire en acquérant la Canada Steamship Lines.

«C'est pour ça que je vous tends la main, ajoute M. Layton. Je vous invite à bâtir avec moi une véritable voie alternative progressiste pour toutes les familles, ici au Québec et partout au Canada.»

La publicité en français cite aussi des commentaires élogieux parus dans L'Actualité, Le Soleil et Le Devoir, notamment en ce qui a trait aux racines québécoises de Jack Layton, à son «dynamisme» et à son «charisme».

Le NPD cherche ainsi à accroître ses appuis au Québec. Les intentions de vote pour ce parti de gauche ont bondi au cours des derniers mois (elles sont actuellement à 13 %) mais demeurent loin de celles des libéraux et du Bloc québécois, qui obtiennent 38 % chacun. Le NPD devance néanmoins les conservateurs, qui stagnent à 11 %.

Pour le Canada anglais, les néo-démocrates ont préparé deux messages dans lesquels M. Layton ne parle pas à la caméra. Le premier sera diffusé dimanche sur le réseau CTV, pendant la soirée des Oscars, une case-horaire plutôt coûteuse. «Ce n'est pas donné!», reconnaît Karl Bélanger, porte-parole de Jack Layton.

Le budget total de la campagne publicitaire, conçue par la firme vancouveroise Now Communications, est de 650 000 $. Elle doit durer deux semaines mais pourrait être prolongée si elle a du succès.

Dans une de ses publicités en anglais, le NPD attaque de front le chef libéral.

«Voici Paul Martin, un ancien magnat du transport maritime, un ami des privilégiés, qui ne peut même pas expliquer pourquoi des libéraux ont récolté des millions en contrats bidon [avec le programme de commandites] ou pourquoi il a accordé des réductions d'impôt de plusieurs milliards de dollars aux entreprises», affirme une voix féminine.

Par contraste, on présente Jack Layton comme «un défenseur des gens ordinaires».

La campagne préélectorale des néo-démocrates est beaucoup moins cinglante que celle des conservateurs, qui ont suscité une certaine controverse avec des messages radiophoniques — pas encore diffusés — faisant allusion à des intentions criminelles dans le cadre du scandale des commandites.

Le NPD dispose d'un budget de 12 millions en vue des prochaines élections, soit le double de ce qu'il avait dépensé lors du scrutin de 2000.