Stéphane Dion entame la discussion

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion 
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion 

Ottawa — Le gouvernement canadien va aborder la situation du blogueur saoudien Raïf Badawi, emprisonné depuis 2012, avec le président de la Commission des droits de l’homme de l’Arabie saoudite, a indiqué mercredi le ministère des Affaires étrangères.

Le dossier humanitaire de Raïf Badawi, dont l’épouse, Ensaf Haidar, est réfugiée à Sherbrooke avec ses trois enfants, sera directement discuté jeudi entre le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, et Bandar ben Mohammed al-Aiban, le responsable saoudien en visite officielle au Canada depuis mercredi.

« C’est au moyen de l’engagement et d’un dialogue franc que les droits universels de la personne peuvent progresser dans le monde, y compris en Arabie saoudite », a déclaré Stéphane Dion à la veille de cette rencontre.

Raïf Badawi a été condamné en novembre 2014 à dix ans de prison et à 1000 coups de fouet pour « insulte à l’islam ». Il avait reçu ses 50 premiers coups de fouet en janvier 2015, mais les autres séances, sur un rythme hebdomadaire, avaient été suspendues, après une vague de protestations dans le monde.

Farouche défenseur de la liberté d’expression, Raïf Badawi avait demandé sur son site Internet la fin de l’influence religieuse dans le royaume saoudien.

Stéphane Dion et M. Al-Aiban doivent participer à une table ronde avec des responsables d’organisations de défense des droits de la personne et de la société civile du Canada, selon le communiqué du ministère.

C’est à cette occasion que Stéphane Dion veut amener « davantage l’Arabie saoudite dans un dialogue ouvert sur toute une gamme de questions relatives aux droits de la personne, y compris l’affaire du blogueur saoudien Raïf Badawi », selon la même source.

Mercredi, une première rencontre sur le thème de l’importance des femmes et des filles en tant que facteur de changement a été organisée entre le président de la Commission saoudienne des droits de l’Homme et les ministres canadiennes du Développement international Marie-Claude Bibeau et de la Condition féminine Patty Hajdu.

5 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 2 novembre 2016 17 h 57

    La Commission des droits de l'Homme de l'Arabie saoudite ?

    Comment expliquer que ce pays qui pratique la décapitation publique et propage le wabbahisme tout en refusant l'égalité homme-femme se dote pour faire bonne figure au plan internantional d'une Commission des droits de la personne ? Leurre et tromperie ! De la poudre aux yeux.

  • Gilles Théberge - Abonné 2 novembre 2016 18 h 38

    Le ministre Dion à une obligation de résultats. On verra s'il est plus facile de vendre des armes que d'obtenir le respect des droits humains.

    Les droits humains de Raïf Badawi ce n'est pas rien d'autant que sa femme et ses enfants vivent au Québec...

    Assez de parlottage, de l'action!

  • Michel Lebel - Abonné 3 novembre 2016 10 h 11

    Une dicussion facilitée...

    La récente vente d'appareils militaires à l'Arabie devrait faciliter la discussion... et amener, il faut le souhaiter ardemment, une fin à l'emprisonnement de Raïf Badawi.

    M.L.

    • Patrick Daganaud - Abonné 3 novembre 2016 13 h 57

      HONTE À NOUS

      Vous voulez vraiment dire que les arguments porteront sur la remise en liberté de Badawi en échange de nos blindés?

      Et vous parlez vraiment d'une discussion « facilitée » par cette vente?

      Le pire, c'est que vous êtes probablement réaliste...

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 3 novembre 2016 14 h 59

      "Une discussion facilitée"...sic Tu me donnes une vie (celle de Badawi) et je te donne(avions,chars,armes etc) à disposer (x vies) selon ton bon vouloir. "Échanges de bons procédés", livre de chevet de MM. Dion et Lebel ?!