Un Canada de 100 millions d’habitants d’ici 2100?

Les membres voient en l’immigration massive un salut pour l’économie du Canada.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les membres voient en l’immigration massive un salut pour l’économie du Canada.

Imaginez le Canada avec une population de 100 millions d’habitants — ce qui représente trois fois sa taille actuelle. Ce n’est pas une prédiction fantaisiste, c’est l’objectif réel de deux conseillers économiques importants du gouvernement de Justin Trudeau.

Un comité de 14 personnes a été formé par le ministre des Finances, Bill Morneau, pour lui fournir des conseils « audacieux » afin d’orienter l’économie vacillante du Canada et de donner un élan à la croissance économique.

L’une des premières recommandations, publiée la semaine dernière, est d’augmenter graduellement le seuil d’immigration à 450 000 personnes par année d’ici 2021 — avec une concentration particulière sur les immigrants avec une expertise en affaires et les étudiants étrangers. Ce serait une hausse de 50 % par rapport au seuil actuel d’environ 300 000 immigrants.

Les membres du comité — comme plusieurs, dont le ministre du Développement économique, Navdeep Bains — estiment que cette ouverture aux nouveaux arrivants est un ingrédient essentiel pour stimuler la croissance à l’avenir.

C’est d’autant plus important, selon eux, que les baby-boomers quittent graduellement le marché du travail.

L’idée d’accueillir plus d’immigrants au pays est particulièrement importante pour au moins deux membres du comité.

Obstacle démographique

Dominic Barton, le puissant dirigeant de la firme de consultants McKinsey Company, et Mark Wiseman, directeur principal de la société de gestion d’actifs BlackRock, sont parmi les fondateurs d’un groupe consacré à élargir la population de façon responsable pour aider l’économie du pays.

L’Initiative du siècle voudrait voir la population canadienne passer de 36 à 100 millions d’habitants d’ici 2100.

Au rythme actuel, si le gouvernement canadien ne changeait pas en profondeur sa politique en immigration, la population canadienne devrait atteindre 53 millions d’individus à la fin du siècle, est-il écrit sur le site du groupe. Ainsi, le Canada serait classé dans les 45 pays les plus populeux du monde.

M. Barton estime que cet obstacle démographique aura pour effet d’isoler le Canada avec le temps, d’autant que sa population est déjà assez modeste.

« La pertinence [d’un pays] n’est pas seulement déterminée par la population, mais c’est un facteur, considérant toutes les forces que nous avons », a-t-il expliqué en entrevue.

M. Barton croit que l’influence du Canada s’accroîtrait sur le plan international avec une population plus imposante. Mais selon lui, le monde entier bénéficierait aussi d’un Canada plus grand, avec sa stabilité, sa démocratie et son économie.

« C’est un gros chiffre, mais pour moi, c’est un objectif ambitieux. Cela changerait évidemment le pays de façon considérable… C’est un chemin différent. Mais je ne crois pas que ce soit fou », a-t-il soutenu.

Les discussions qui ont mené à la création de l’Initiative du siècle se sont amorcées en 2011 pendant une fin de semaine entre amis à la résidence de M. Barton, au nord de Toronto.

Dans le canton du Lake of Bays, ses amis et lui ont commencé à lancer des idées pour protéger le pays contre cette tempête démographique prévisible.

Après plusieurs rencontres informelles, le groupe s’est agrandi et a commencé à financer de la recherche sur le sujet.

Dominic Barton estime qu’il existe des similitudes entre les idées de l’Initiative du siècle et celles du comité économique où il siège, mais il assure que ce sont deux entités séparées.

3 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 24 octobre 2016 08 h 47

    Ils sont fous

    Cette proposition relève du nationalisme délirant, plus on est gros, "plus on est gros, plus on est les meilleurs". La Terre est déjà surpeuplée et ne parvient pas à donner le minimum à tous, et encore moins le niveau de vie des pays riches comme le Canada, et encore encore moins le niveau de consommation que les Canadiens moyens voudaient avoir (vous n'avez qu'à écouter les plaintes à propos du système de santé, la congestion des routes, etc.). Déjà nous épuisons les ressources, nous détruisons l'environnnement, et à moins d'un miracle technologique dont personne n'a idée nous allons causer une catastrophe climatique, et ces "sages" en veulent encore plus! Que quelques autres vastes pays comme l'Australie, la Russie ou le Brésil se donnent de pareils objectifs, et nous l'aurons cette catastrophe.

  • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 24 octobre 2016 11 h 34

    Le Canada: "le premier État post-national" (Justin Trudeau)


    Justin Trudeau affirmait à un journaliste du New York Times Magazine en 2015: "Au Canada, il n’y a pas d’identité fondamentale, pas de courant dominant [there is no core identity, no mainstream in Canada] il y a des valeurs partagées — ouverture, compassion, la volonté de travailler fort, d’être là l’un pour l’autre, de chercher l’égalité et la justice. Ces qualités sont ce qui fait de nous le premier État post-national [Canada, the first post-national state]"

    Cette formule est aberrante sinon insensée! Un pays sans identité propre, sans courant identitaire est un pays culturellement et identitairement une terre vierge sans histoire et sans culture.

    Avis aux 450 000 nouveaux immigrés par année d'ici 2021 et aux 100 millions d'habitants du "premier État post-national" de la planète! Ce pays qui n'a présentement ni identité, ni culture est à prendre!

  • Gilles Théberge - Abonné 24 octobre 2016 12 h 12

    Mais voyons!

    C'est un objectif trop modeste 100 000!

    Le tirs monde se vide présentement. Les changements climatiques aidant, les populations du sud on tenddance à migrer vers le nord. Je ne vois pas que cela va s'arrêter. Et je ne vois pas quelle destination autre que le nord pour cette population.

    Il y a un os cependant. Ces gens qui prônent ce brassage de population, ne considèrent que l'aspect économique...

    L'aspect économique...

    Je suis content. Je ne vivrai pas dans ce monde...