Le camp pro-vie a choisi son candidat

En officialisant sa candidature, M. Scheer a également annoncé qu’il avait l’appui de 20 députés ou sénateurs, dont la presque totalité sont pro-vie.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne En officialisant sa candidature, M. Scheer a également annoncé qu’il avait l’appui de 20 députés ou sénateurs, dont la presque totalité sont pro-vie.

Le conservateur de la droite sociale Andrew Scheer s’est lancé dans la course à la chefferie de son parti en promettant de ne pas relancer les débats sur l’avortement, l’aide à mourir ou encore le mariage gai. Mais il permettra, comme Stephen Harper avant lui, à ses députés de le faire.

Député de la Saskatchewan depuis 2004, M. Scheer s’est opposé à la légalisation de l’aide à mourir. Il a appuyé des projets de loi proposant de criminaliser le fait de contraindre une femme à avorter ou de causer la mort d’un enfant à naître. Il s’est opposé à la légalisation du mariage homosexuel et a appuyé une motion réclamant de rouvrir la question.

Aujourd’hui aspirant-chef de son parti, il estime que « ce n’est pas à [lui] d’ouvrir le débat sur ces enjeux ». M. Scheer a martelé qu’il « est essentiel […] de maintenir l’unité du caucus » et tout aussi « important de s’assurer que chaque sorte de conservateur reste dans notre équipe ». Il n’empêchera donc pas ses collègues de soulever ces questions. « Je n’ai jamais eu peur de tenir des conversations ou des débats. […] Ça ne fait pas avancer la cause du parti de se concentrer sur des sujets sur lesquels même les conservateurs ne s’entendent pas », a-t-il cependant argué.

Reste qu’en officialisant sa candidature, M. Scheer a également annoncé qu’il avait l’appui de 20 députés ou sénateurs, dont la presque totalité sont pro-vie.

Andrew Scheer s’est présenté comme un « vrai conservateur », qui compte défendre les « familles fortes », les victimes d’actes criminels, le libre marché et les valeurs et alliés du Canada sur la scène internationale. Il rejoint Maxime Bernier, Michael Chong, Tony Clement, Kellie Leitch et Deepak Obhrai dans la course à la succession de Stephen Harper.