Un pas de plus vers un NPD québécois

Le chef intérimaire du NPDQ, Pierre Ducasse
 
Photo: Facebook Le chef intérimaire du NPDQ, Pierre Ducasse
 

La création d’un NPD provincial au Québec, qui est dans l’air depuis quelques années déjà, passe en seconde vitesse. Des rencontres d’organisation se tiendront cette fin de semaine pour familiariser les éventuels militants aux lois électorales québécoises.

Une première rencontre pour « jeter les assises locales et régionales du NPD Québec » se tiendra samedi à Québec et une seconde dimanche, à Montréal, peut-on lire dans un courriel envoyé aux sympathisants et dont Le Devoir a obtenu copie. Une troisième activité est prévue à la fin novembre.

En entrevue, le chef intérimaire du NPDQ, Pierre Ducasse, explique que ces réunions se veulent la suite logique de rassemblements tenus au printemps ayant servi à mesurer l’intérêt des électeurs pour une nouvelle option provinciale.

« Les rencontres du printemps portaient plus sur le contexte politique, si le moment [de lancer un nouveau parti] est propice, dit M. Ducasse. Là, on se concentre plus sur des questions organisationnelles. » Comme il n’y a pas encore eu de congrès de fondation du NPDQ, il préfère présenter ces rencontres comme des « assises régionales ». « C’est pour voir qui est intéressé et qui est prêt à être des leaders locaux. Mais on a besoin de faire de la formation et de fournir de l’information sur la Loi électorale québécoise : comment ça fonctionne, comment le financement fonctionne, etc. »

Le Québec est la seule province à ne pas avoir son chapitre du NPD. Ceux qui militent pour sa création font valoir que les électeurs progressistes fédéralistes sont orphelins.

Bien qu’enregistré auprès du Directeur général des élections, le NPDQ n’a pas de bases solides pour l’instant : il compte environ 300 membres et n’a récolté que « quelques milliers de dollars », soit assez pour payer des déplacements et des locations de salles. M. Ducasse insiste pour dire qu’il ne faut pas lire dans ces chiffres la preuve d’un manque d’intérêt. « On n’a pas encore commencé de vraie campagne de recrutement. […] Ce n’est pas comme si on était un parti actif. La réflexion se poursuit. »

Il souligne aussi que le NPDQ est distinct du grand frère fédéral. « Si on crée le parti, ce sera à cause de notre évaluation de la scène politique québécoise. » Aussi, la chute brutale du nombre de membres du NPD fédéral au Québec, rapportée cette semaine par Le Devoir, n’entre pas en ligne de compte, assure Pierre Ducasse.

Chose certaine, si le parti est créé, ce sera à temps pour la prochaine élection de 2018. « On embarque tranquillement dans une autre étape tout en étant conscient que les échéanciers sont courts. »

À voir en vidéo