Prison ferme pour trois Canadiens coupables de «terrorisme»

En 2013, la mère d'Ashton Larmond avait alerté les autorités de son intention d’aller rejoindre les rangs du groupe EI et son passeport avait été révoqué.
Photo: Lars Hagberg Agence France-Presse En 2013, la mère d'Ashton Larmond avait alerté les autorités de son intention d’aller rejoindre les rangs du groupe EI et son passeport avait été révoqué.

Ottawa — Trois Canadiens, dont deux frères jumeaux, qui voulaient rejoindre le groupe État islamique (EI) en Syrie, ont été condamnés vendredi à Ottawa à des peines de prison ferme après avoir plaidé coupable à des accusations de « terrorisme », a annoncé le Service des poursuites pénales du Canada.

Les frères Ashton et Carlos Larmond, tous deux âgés de 25 ans, ont respectivement écopé de peines d’emprisonnement de 17 et 7 ans. Leur complice, Suliman Idris Mohamed, 23 ans, a aussi été condamné à sept ans de prison.

Lors du procès, le procureur Douglas Curliss a décrit Ashton Larmond comme « l’organisateur et le cerveau » d’un complot extrémiste dont la teneur n’a pas été révélée.

Ashton Larmond a été reconnu coupable d’un chef d’accusation pour avoir « chargé une personne de se livrer à une activité pour un groupe terroriste », a indiqué le Service des poursuites pénales du Canada.

En 2013, sa mère avait alerté les autorités de son intention d’aller rejoindre les rangs du groupe EI et son passeport avait été révoqué.

Plus tard, en octobre 2014, le jour où un jeune radicalisé a tué un soldat devant le monument aux morts à Ottawa avant d’être abattu en tentant de prendre d’assaut le Parlement, Ashton Larmond s’était vanté devant un policier qui avait infiltré le groupe d’avoir de « plus gros projets ».

Quelques heures après son arrestation à Ottawa en janvier 2015, son frère Carlos avait à son tour été interpellé par la police à l’aéroport de Montréal alors qu’il s’apprêtait à partir pour l’étranger.

Suliman Mohamed avait été arrêté quelques jours plus tard.

À voir en vidéo