Commandites: Landry doute fort de l'ignorance de Martin

Le chef péquiste Bernard Landry ne trouve guère vraisemblable que Paul Martin, qui a été ministre des Finances et vice-président du Conseil du trésor, ait ignoré ce que ses collègues faisaient avec les 250 millions de dollars du programme des commandites.

«J'ai été 20 ans membre d'un gouvernement. Deux cent cinquante millions qu'un collègue administre dans l'ignorance de tous les autres, ça ne m'apparaît guère vraisemblable», a déclaré le chef de l'Opposition officielle à Québec.

De passage hier au cégep Maisonneuve, à Montréal, M. Landry a déclaré que celui qui aurait été capable de détourner 250 millions lorsqu'il était lui-même ministre des Finances n'était pas encore né.

Bernard Landry croit que le Parti libéral du Canada est déshonoré par ce scandale et qu'il mérite d'être chassé du pouvoir parce qu'il n'en est pas digne. «Ce n'est pas un petit scandale, a-t-il commenté. Je n'ai jamais vu rien de tel dans l'histoire du Canada et du Québec. Et je n'en n'ai pas vu beaucoup dans l'histoire occidentale.» M. Landry a aussi laissé entendre que «le premier scandale, c'est d'avoir voulu, avec l'argent de nos taxes, nous intoxiquer du nationalisme "canadian" en faisant reculer notre propre identité».

L'ex-premier ministre a également déploré les attaques contre le Québec auxquelles ce scandale a donné lieu, affirmant que le Québec a les moeurs politiques les plus avancées au Canada. Il en a pris pour preuve l'assainissement du financement des partis politiques réalisé par René Lévesque, dont les principes ont inspiré l'ex-premier Jean Chrétien lui-même, 25 ans plus tard.