Des changements à venir sous peu, promet le PLC

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale

Le drame d’Orlando a une fois de plus relancé le débat sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis, mais aussi au Canada. Si les libéraux de Justin Trudeau ne se sont pas engagés à restaurer un registre, ils ont promis d’annuler certains assouplissements apportés par le précédent gouvernement. Ils ne sont pas encore passés à l’action, mais promettent que c’est pour bientôt.

« Nous travaillons très fort à la mise en oeuvre des propositions incluses dans notre plateforme, a assuré lundi le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale. Nous irons de l’avant avec les changements que nous avons suggérés à ce qui était connu comme le projet de loi C-42. »

C-42 est ce projet de loi conservateur qui a modifié les règles régissant le transport des armes à autorisation restreinte — telles que le AR-15 dont s’est servi le tueur d’Orlando — ou des armes prohibées. Désormais, un propriétaire peut transporter son arme n’importe où sur le territoire, pas seulement de son domicile à son centre de tir attitré.

Les libéraux ont aussi promis d’obliger les acheteurs d’armes à présenter leur permis de possession au moment de la transaction, et les vendeurs, à en vérifier la validité. La Loi sur les armes à feu stipule plutôt, à l’heure actuelle, que le vendeur ne doit avoir « aucun motif de croire » que l’acheteur n’a pas de permis.

Faire preuve de patience

Pour l’instant, la Coalition pour le contrôle des armes à feu se montre patiente envers le nouveau gouvernement libéral. « Si le gouvernement présente un projet de loi robuste qui répare les dommages causés par le précédent gouvernement conservateur, on est capables d’attendre », indique en entrevue la présidente de la coalition, Wendy Cukier.

Car Mme Cukier a une préoccupation. Les libéraux ne se sont pas engagés à restaurer l’obligation — remontant à 1977 — faite aux commerçants d’armes de tenir un registre de l’identité de leurs acheteurs. Cette obligation est disparue en même temps que le registre des armes d’épaule. Mme Cukier admet que l’utilité de tels registres commerciaux est limitée puisque les armes peuvent faire l’objet de transactions privées subséquentes, mais elle estime qu’ils donneraient un point de départ aux autorités lorsqu’elles tentent de retrouver la trace d’une arme.

Le chef du NPD ne partage pas la patience de Mme Cukier, parlant déjà de « promesses non tenues ». « J’espère que les événements vont inciter les libéraux à respecter cette promesse, car il y en a trop qu’ils n’ont pas respecté jusqu’à aujourd’hui », a lancé Thomas Mulcair.


Pétition controversée

Les partis d’opposition se sont offusqués d’une pétition parrainée par le député conservateur Bob Zimmer demandant que le AR-15 soit retiré de la liste des armes à autorisation restreinte au Canada. Un tel changement ferait en sorte que ces carabines semi-automatiques ne soient plus enregistrées. « Cette carabine est désignée arme à autorisation restreinte pour des raisons cosmétiques, non pas parce qu’elle est plus dangereuse que d’autres », peut-on lire dans la pétition émanant de Terre-Neuve.

« C’est une erreur monumentale, a lancé M. Mulcair. Quand une telle arme peut produire un tel massacre, pas besoin d’être convaincu qu’il ne faut pas libéraliser l’accès à cette arme. »

« On m’a montré la photo de cette arme. C’est terrible, a renchéri le chef bloquiste, Rhéal Fortin. Je suis à peu près certain que les soldats qui ont fait la guerre de 40 n’avaient pas des armes aussi performantes que ça. »

Le ministre Goodale a rappelé que, sous son gouvernement, le pouvoir de classifier les armes est retourné entre les mains des fonctionnaires. « Je n’ai reçu aucun avis de la GRC suggérant des changements », a-t-il soutenu. Bob Zimmer n’a pas rappelé Le Devoir.
2 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 14 juin 2016 07 h 29

    Paroles, paroles, paroles

    Paroles, paroles, paroles, chantait l'immortelle Dalida.
    Le PLC fait une promesse : ayoye!

  • Gilles Théberge - Abonné 14 juin 2016 10 h 49

    Qu'y a t'il d'immoral à restreidre le port d'armes?

    C,est assez clair me semble-t-il que nous avons moins d'incidents violent, moins de massacres, moins de tueries parce qu'il y a moins d'armes!

    Qui c'est qui ne veut pas comprendre ça?