Des Super Hornet en attendant un appel d’offres?

Des Super Hornet américains au-dessus de l’Irak en 2014
Photo: Associated Press Des Super Hornet américains au-dessus de l’Irak en 2014

Le gouvernement Trudeau ne nie pas la rumeur voulant qu’il envisage d’acheter des Super Hornet pour remplacer sa flotte de CF-18. Une solution intérimaire, qui permettrait de pallier les lacunes de sa flotte d’avions de chasse en attendant que le fédéral tienne un appel d’offres pour choisir sa prochaine génération d’appareils.

Les libéraux ont hérité d’une flotte vieillissante de CF-18. Les conservateurs avaient suspendu le processus d’achat de F-35 pour les remplacer, l’appareil de Lockheed Martin étant aux prises avec des retards de production et une explosion des coûts d’acquisition. Le gouvernement de Justin Trudeau déplore maintenant le fait que sa flotte affichera bientôt un retard quant à ses capacités d’opération. Et selon le National Post, l’une des solutions envisagées par le bureau du ministre de la Défense, Harjit Sajjan, serait d’acheter des chasseurs Super Hornet en attendant un appel d’offres complet pour choisir la prochaine génération d’appareils.

« Malheureusement, en raison de l’inaction du précédent gouvernement nous constatons qu’une lacune dans nos capacités est en train de se révéler, et nous devons y répondre. […] Le ministre a agi de façon responsable et il prendra une décision plus tôt que tard », a fait valoir lundi John McKay, secrétaire parlementaire du ministre de la Défense, loin de nier la rumeur ébruitée dans les médias.

Or si Ottawa se procure des Super Hornet de Boeing — même de façon intérimaire —, cela minera l’appel d’offres subséquent, a argué l’opposition. Car l’armée canadienne ne pourra pas se payer deux flottes d’avions de chasse, chacune nécessitant ses propres opérations d’entretien et pièces de rechange. « Ils viennent de biaiser le processus. Ils s’en remettent à un fournisseur unique », a reproché le conservateur James Bezan.

Critiques de l’opposition

L’Australie s’est procuré des Super Hornet en attendant la livraison de F-35. Mais le cycle de vie des chasseurs australiens venait à échéance en 2010 et les F-35 n’étaient pas prêts, souligne M. Bezan. Les conservateurs avaient de leur côté choisi d’investir des centaines de millions pour prolonger la durée de vie des CF-18 jusqu’en 2025. Ce qui fait dire aux mêmes conservateurs, aujourd’hui dans l’opposition, que ce problème de capacités est « créé sur mesure pour permettre au premier ministre de ne pas faire l’acquisition du F-35 », a scandé le député Pierre Paul-Hus.

Ces lacunes sont-elles au contraire imminentes ? L’information est « classifiée », explique David Perry, de l’Institut canadien des affaires mondiales. Le gouvernement plaide qu’il n’a pas suffisamment d’appareils pour répondre à la fois à ses engagements au sein de l’OTAN et du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD). Mais difficile à mesurer, faute d’informations publiques, note M. Perry.

Les libéraux ont promis, en campagne électorale, de tenir un appel d’offres dont serait exclu le controversé F-35. Une promesse qui expose le gouvernement à une poursuite du fabricant Lockheed Martin, selon M. Perry. « Ce sera beaucoup plus difficile de dire qu’ils sont complètement neutres quant à l’issue de l’appel d’offres. »

L’achat de Super Hornet ne garantit pas à son avis que Boeing remportera l’éventuel appel d’offres — même si cela éviterait les coûts supplémentaires que représente l’exploitation de deux flottes. La participation du Canada au programme de développement du F-35 depuis plusieurs années pourrait aussi jouer dans la balance, si Lockheed peut soumissionner.

Au bureau du ministre Sajjan, on a rétorqué que le gouvernement « n’a pas encore pris de décision quant au remplacement du CF-18. Toute suggestion du contraire est inexacte ».

1 commentaire
  • Patrick Daganaud - Abonné 7 juin 2016 08 h 30

    Tellement de mauvais présages d'une gouvernance médiocre

    Le gouvernement de Justin Trudeau aime beaucoup l'industrie de l'armement.

    Trudeau n'est pas celui dont l'image, formatée, nous a été présenté.

    Pour l'instant, le jupon dépasse « justin » peu...