La nouvelle constitution Trudeau est adoptée

Justin Trudeau avait incité les militants à adopter la constitution lors de son discours, samedi.
Photo: John Woods La Presse canadienne Justin Trudeau avait incité les militants à adopter la constitution lors de son discours, samedi.

Les délégués du Parti libéral du Canada (PLC) ont voté samedi en faveur d’une nouvelle constitution pour leur formation politique, une victoire pour le chef et premier ministre Justin Trudeau qui avait grandement appuyé le projet.

Justin Trudeau avait interpellé les militants de la base du PLC dans un discours quelques heures avant le vote, pour qu’ils acceptent sa proposition controversée de rendre le parti politique ouvert à tous. Son intervention, combinée à des amendements, a produit l’effet escompté : 1988 délégués ont voté pour le changement de constitution, contre 66 qui s’y sont opposés.

Mais ce résultat n’était pas assuré 24 heures auparavant. Des centaines de membres des troupes libérales se sont plaints amèrement, se sentant forcés d’accepter un nouveau texte pour lequel ils n’avaient pas été consultés et qui leur avait été imposé par le chef et ses acolytes de l’exécutif national.

Le premier ministre avait demandé aux délégués réunis en congrès à Winnipeg de mettre de côté leurs scrupules et de voter en faveur d’une nouvelle constitution pour le parti qui, entre autres choses, élimine les frais d’adhésion pour les membres, un changement majeur à la constitution.Ainsi, quiconque s’inscrira comme membre pourra voter dans une course à la direction ou se prononcer sur les politiques du parti.

Dans un discours quelques heures avant le vote, Justin Trudeau avait cherché à calmer la peur de ses militants. « Si je croyais, un seul instant, que la nouvelle constitution était sur le point d’éloigner le pouvoir de la base militante, je serais de votre côté, dénonçant [la constitution]. Mais ce n’est pas le cas », avait-il déclaré.

Justin Trudeau avait dit que la nouvelle constitution servirait à « réduire la distance entre le chef et tous ceux qui ont contribué au mouvement que nous avons bâti ».

Insatisfactions

Certains membres de la base militante se sont dits intimidés par les tactiques déployées au congrès pour rassembler les appuis à l’égard de la proposition, alors que des députés et des employés du parti travaillaient fort pour convaincre les délégués.

Justin Trudeau, qui est arrivé vendredi à Winnipeg après un périple en Asie, souhaite rendre le Parti libéral plus ouvert et inclusif, mais certains membres auraient aimé que le parti mène une vaste consultation avant de modifier sa constitution. Alors qu’il y avait peu d’objections quant au concept d’adhésion gratuite, des délégués étaient préoccupés par l’absence de principes ou de valeurs qui normalement lient les membres inscrits au parti.

Le parti a remédié à cette inquiétude, samedi, en adoptant un amendement qui a inséré le préambule de l’ancienne constitution au nouveau texte. « Le leadership de notre parti a écouté, entendu et répondu aux nombreuses inquiétudes que nous avions exprimées », a soutenu Tom Addison, président de l’association de la circonscription de Kingston.

La fin des factions

Justin Trudeau a affirmé samedi que les libéraux ont « travaillé fort, ensemble, pour s’éloigner de l’époque des batailles de factions, des chefs régionaux […] et d’une manière de penser qui est fermée, insulaire qui a presque tué ce parti ».

L’ancien chef intérimaire Bob Rae avait aussi encouragé les délégués à appuyer la nouvelle constitution. « Un bon parti politique n’est pas un club, ce n’est pas une organisation privée », a-t-il souligné.

Les libéraux avaient emboîté le pas vers une « adhésion ouverte » en 2013, quand ils avaient permis à quiconque de voter lors de la course à la direction qui a couronné Justin Trudeau.

À voir en vidéo