Ottawa renforce la coopération avec les pays du golfe Persique

Jeddah — Les six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et le Canada vont renforcer leur « coopération » dans la lutte contre le groupe État islamique (EI) et les autres organisations djihadistes, ont annoncé lundi en Arabie saoudite leurs ministres des Affaires étrangères.

Ils ont notamment souligné dans leur communiqué commun la nécessité d’« assécher » les sources de financement de ces mouvements et que « la campagne contre Daech [l’acronyme arabe pour le groupe EI] et d’autres organisations terroristes » était « une guerre contre la terreur ».

Le ministre canadien Stéphane Dion et ses six homologues du CCG, réunis à Jeddah, sur la mer Rouge, ont en outre décidé de « renforcer leur coopération […] pour éradiquer le terrorisme », notamment « en redoublant d’efforts en vue d’arrêter le flux des combattants terroristes étrangers » vers la Syrie et l’Irak.

M. Dion avait déjà annoncé samedi la mise en oeuvre d’un partenariat sur la sécurité avec la Tunisie, d’une durée initiale de trois ans, afin d’appuyer ce pays dans « son combat contre le terrorisme ».

Après avoir fait part de leur soutien aux efforts du gouvernement irakien pour « préserver la sécurité et la stabilité », les ministres du CCG et du Canada ont réitéré leur « rejet du soutien de l’Iran au terrorisme et de ses actions qui sapent la stabilité de la région », disant vouloir « travailler ensemble pour faire face à ses ingérences dans la région », d’après le communiqué.

Le CCG regroupe l’Arabie saoudite, Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar et les Émirats arabes unis.

6 commentaires
  • Patrick Daganaud - Abonné 24 mai 2016 04 h 29

    Dion pareil à lui-même : allô la sécurité!

    Le CCG qui regroupe l’Arabie saoudite, Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar et les Émirats arabes unis navigue en eaux troubles.

    On ne peut pas parler de régimes démocratiques...

    S'acoquiner avec ces états pour fonder un partenariat sur la sécurité relève d'une complicité béate au mépris des droits de l’homme et de la femme.

    D'autres blindés à vendre?

  • Fernand Laberge - Abonné 24 mai 2016 08 h 22

    La clarté...

    Lutter contre l'Iran, qui lutte contre l'ÉI. Comme les Turcs luttent contre les Kurdes, qui luttent contre l'ÉI. C'est que, soutenaient récemment les Saoudiens, l'ÉI (sunnite et wahhabite comme eux) est en fait une créature de l'Iran... chiite.

    «Logique», vu que les Saoudiens achètent nos blindés. Et l'Iran ? Ne représente-t-elle pas un marché pour notre industrie aéronautique ?

    Vivement un spécialiste de «la clarté» pour nous démêler tout ça !

  • Robert Millette - Inscrit 24 mai 2016 08 h 37

    Comme si la SQ travaillait avec les HellsAngels

    à mettre sur pieds une force tactique pour éradiquer le commerce de la cocaine,

  • François Beaulne - Abonné 24 mai 2016 09 h 13

    Justifier les contrats d'armes à l'Arabie Saoudite

    Des experts du Moyen Orient et du djihadisme interviewés su CNN hier soir dans le cadre d'un reportage sur 'Why do they hate us (Pourquoi nous haissent 'ils), établissaient au plus à 100,000, moins de 0,01% de tous les musulmans de la planète) les dhihadistes engagés et soutenant une lutte violente et armée contre l'Occident. Depuis des années que dure maintenant cette 'lutte' contre cette poignée de djihadistes armés d'armes conventionnelles, comment expliquer que les Etats-Unis, le Canada et compagnie n'en soient pas déjà venus à bout avec leurs drones et leur technologie militaire sophistiquée digne de Star War? Je soupçonne là dessous une manoeuvre du complexe militaro-industriel pour se trouver un nouvel ennemi afin de justifier ses ventes d'armes. Le jupon commence à dépasser un peu trop. Se pourrait' il que cette tournée de Stéphane Dion en pays peu, sinon pas démocratiques du tout, à l'exception de la Tunisie, ne soit qu'un prétexte pour justifier la vente de $15 milliards de blindés à l'Arabie Saoudite?

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 24 mai 2016 10 h 18

    Ottawa = Vichy

    On peut juger par les dires ou par les faits.

    Les dires. Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) est une coalition militaire de plusieurs pétromonarchies. Elle est destinée à lutter contre le terrorisme.

    Les faits. On a vu la coalition à l’œuvre une seule fois jusqu’ici, au Yémen.

    Dans ce pays, le président exilé en Arabie saoudite fait face à trois groupes d’opposants : des rebelles chiites (soutenus par l’Iran), des milices d’Al-Qaida et des milices de l’État islamique.

    Et des trois, seuls les rebelles chiites ont été bombardés, de même que la population du territoire qu’ils contrôlent.

    La coalition sunnite a totalement évité de bombarder les milices des deux organisations terroristes (qu’elle arme et finance clandestinement).

    Ni Al-Qaida, ni l’État islamique n’a été incommodé par la coalition. À titre de remerciement, l’État islamique a commis deux attentats en Arabie saoudite contre des mosquées chiites, aidant le régime saoudien à se débarrasser de sa minorité chiite persécutée (considérée comme hérétique par la dictature saoudienne).

    L’Arabie saoudite prépare une guerre préemptive contre l’Iran. Le Canada est non seulement un des fournisseurs d’armements de l’Arabie saoudite, mais c’est devenu un proche collabo des entreprises meurtrières de la dictature saoudienne.

    Quelle honte pour tous les Canadiens…