Le fédéral n’interviendra pas

Le ministre des Transports Marc Garneau
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le ministre des Transports Marc Garneau

Le ministre des Transports Marc Garneau n’a pas l’intention d’intervenir dans le dossier de l’aérodrome de Saint-Cuthbert. À moins d’un revirement, le projet va donc pouvoir se réaliser malgré l’opposition de la municipalité et de la MRC.

Dans un courriel transmis au Devoir, on explique que le promoteur « n’a pas besoin de la certification » du ministère pour aller de l’avant. La certification est requise lorsque les aérodromes se trouvent dans une zone bâtie de la municipalité ou encore lorsqu’ils fournissent « un service régulier à des passagers ».

Or « l’aérodrome de Saint-Cuthbert n’est pas considéré ainsi », a écrit l’attachée de presse du ministre Garneau, Delphine Denis.

Les opposants au projet et le maire Bruno Vadnais comptaient sur l’intervention du ministre pour bloquer le projet sur lequel ils n’ont aucune prise en raison d’un jugement de la Cour suprême de 2010. Ils espéraient que le ministre Marc Garneau intervienne par un arrêté ministériel, comme il l’avait fait dans le dossier de l’aérodrome de Mascouche-Terrebonne en mars.

Québec

Pendant ce temps, les opposants cherchent à attirer l’attention du gouvernement du Québec. Mardi, un petit groupe d’entre eux s’est rendu à l’Assemblée nationale et le député péquiste André Villeneuve est intervenu à ce sujet lors de la période de questions.

Le ministre québécois des Transports, Jacques Daoust, lui a rétorqué que « le transport aérien est une compétence du gouvernement fédéral » et qu’il avait « peu de choses à dire sur ce dossier-là » parce que « justement, il n’est pas complètement en contrôle chez nous ».

Après que le péquiste Stéphane Bergeron a ajouté que « c’était une belle démonstration en faveur de la souveraineté », le leader Jean-Marc Fournier a dit que le gouvernement, lui aussi, tenait à ce que les compétences en matière d’aménagement du territoire soient prises en compte.

Il a ensuite interpellé le ministre Garneau. « J’ai ici une lettre qui est signée de Marc Garneau, donc le ministre des Transports, dans laquelle il indique que les promoteurs doivent respecter les règlements fédéraux, provinciaux et municipaux qui s’appliquent », a-t-il dit avant de préciser que le ministre devait « s’en souvenir » puisqu’elle datait du 11 mai.

L’aérodrome s’inscrit dans un vaste projet récréotouristique comptant des spas, des chalets et des parcours de randonnée.

À voir en vidéo