Ottawa bonifie son aide pour éradiquer le VIH, la tuberculose et le paludisme

Le gouvernement libéral versera 785 millions de dollars sur trois ans au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Et le Canada accueillera une conférence visant à encourager d’autres pays à financer ce fonds international, a annoncé lundi le premier ministre Justin Trudeau.

Le Canada a versé au total 2,1 milliards de dollars au Fonds mondial depuis 2002 — dont 650 millions de 2014 à 2016. La nouvelle contribution fédérale, de 2017 à 2019, représentera donc une augmentation de 20 % de la précédente enveloppe canadienne. « Le travail [du Fonds] est si important. Ils sauvent véritablement des vies tous les jours », a fait valoir le premier ministre. Pas moins de 17 millions de vies, a noté la coprésidente de la Fondation Gates, Melinda Gates, qui était à Ottawa pour assister à l’annonce de M. Trudeau.

Le premier ministre a également appelé les jeunes réunis dans la salle à apporter leur contribution pour aider le Fonds mondial et les populations qu’il soutient en faisant connaître la mission de l’organisme sur les médias sociaux, afin de « garder la pression sur votre gouvernement, sur les gouvernements du monde ». Le Fonds mondial espère récolter 13 milliards pour la période de 2017 à 2019, afin d’atteindre l’objectif de développement durable onusien d’éradiquer les épidémies de ces trois maladies d’ici 2030.

Le ministre de la Santé du Ghana, Alexander Percival Segbefia, a salué la contribution canadienne et a voulu rassurer la communauté internationale quant aux résultats qu’exige le Fonds mondial en échange de son financement de programmes dans quelque 140 pays. « Le Fonds mondial ne permet pas que l’argent soit mal utilisé. Ils vont faire des vérifications avec vous, mener des contrôles, ils vont éplucher les chiffres et, si ça ne concorde pas, vous devez rendre des comptes. »