La superficie de l’incendie pourrait doubler en 24 heures

Outre les hélicoptères et l’avion Hercules mis à la disposition de la province, Ottawa a également dépêché 7000 lits de camp, et 13 000 autres sont en route vers la région.
Photo: La Presse canadienne Outre les hélicoptères et l’avion Hercules mis à la disposition de la province, Ottawa a également dépêché 7000 lits de camp, et 13 000 autres sont en route vers la région.

Des milliers d’évacués qui se trouvaient au nord de Fort McMurray ont pu pousser un soupir de soulagement vendredi après avoir regagné des lieux plus sûrs, mais le cauchemar des pompiers, lui, se poursuit. La superficie de l’immense feu de forêt qui ravage l’Alberta depuis le début de la semaine pourrait doubler d’ici la fin de la journée de samedi, mettent en garde les pompiers de la province.

L’opération visant à déplacer les citoyens de Fort McMurray qui avaient dû fuir le brasier en se réfugiant plus au nord s’est mise en branle vers 6 h du matin. Tout au long de la journée, cinquante véhicules à la fois, des convois de sinistrés escortés par des voitures et des hélicoptères de la Gendarmerie royale du Canada se sont mis en route vers le sud sur l’autoroute 63, la seule voie de passage accessible.

Sur leur trajet, les sinistrés ont traversé Fort McMurray, sans pouvoir vérifier l’état de leur résidence. Ils ont cependant pu constater l’ampleur des dégâts à partir de leur véhicule : des quartiers réduits en poussière, un motel Super 8 endommagé et une station d’essence en ruine.

Plus au sud, les sinistrés ont pu emprunter la route de leur choix, se dirigeant vers les hôtels, les terrains de camping ou les centres d’accueil temporaires à Edmonton ou ailleurs.

Vendredi, entre 1500 et 1600 voitures ont circulé dans ces convois, ce qui signifie que près de 5000 personnes auraient été évacuées en voiture, a affirmé en fin de soirée le porte-parole de la GRC Jack Poitras.

Les autorités espéraient également être en mesure de transporter 5500 personnes par avion au cours de la journée. L’évacuation de tous les déplacés devrait prendre au moins quatre jours.

« La ville de Fort McMurray n’est pas sécuritaire et ce sera le cas pour une période importante », a fait savoir la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley.

Même lorsque les flammes ne représenteront plus un danger, ses habitants devront attendre que les autorités inspectent les bâtiments toujours debout avant de pouvoir les réintégrer.

La première ministre Notley a annoncé que son gouvernement versera à partir de mercredi une aide directe aux quelque 90 000 sinistrés : 1250 $ par adulte et 500 $ par personne à charge, pour un coût total de 100 millions pour la province. Elle a demandé aux évacués de s’enregistrer dès que possible pour permettre aux responsables d’évaluer l’ampleur des besoins.

Forte progression

Sur le terrain, l’incendie a poursuivi sa progression, atteignant une superficie totale de plus de 1000 kilomètres carrés. Chad Morrisson, du service des incendies de l’Alberta, a fait savoir en début de soirée que les pompiers ne sont pas au bout de leurs peines.

La température élevée et les forts vents soufflant vers le nord-est qui sont prévus samedi devraient faire doubler la superficie des feux de forêt d’ici samedi soir, a estimé M. Morrisson.

« La météo ne coopère pas », s’est désolée Danielle Larivee, ministre des Affaires municipales de l’Alberta.

Seule bonne nouvelle, plusieurs infrastructures importantes de Fort McMurray — usine de traitement des eaux, hôpital et aéroport — sont demeurées intactes, a-t-il précisé.

Des pompiers additionnels s’ajouteront dans les prochains jours pour prendre le relais des travailleurs mis à rude épreuve depuis dimanche.

Le gouvernement albertain a interdit vendredi soir l’usage récréatif de véhicules tout-terrain, craignant que leur passage en forêt soit suffisant pour déclencher de nouveaux incendies. Cette directive ne s’applique pas aux agriculteurs et aux autochtones.


Trudeau sur place prochainement

De son côté, le premier ministre Justin Trudeau a l’intention d’aller à Fort McMurray, mais seulement « dans les prochaines semaines ». « Je crois que nous sommes tous conscients qu’un premier ministre qui débarque à Fort McMurray quand les pompiers tentent de contenir un énorme feu de brousse ardent n’est pas particulièrement utile », a-t-il expliqué en point de presse à Toronto.

Le premier ministre ira témoigner son appui à la première ministre Notley, mais aussi constater l’ampleur de la dévastation à Fort McMurray. La ville a « pendant plusieurs années contribué à une grande part de l’économie canadienne, en termes de croissance », et elle a « maintenant grandement besoin de notre aide et de notre attention », a-t-il fait valoir.

Ottawa continue de collaborer étroitement avec l’Alberta et a répondu « à toutes les demandes » de la province, a plaidé le premier ministre Trudeau. Outre les hélicoptères et l’avion Hercules mis à la disposition de la province, Ottawa a également dépêché 7000 lits de camp, et 13 000 autres sont en route vers la région.

Avec Marie Vastel et La Presse canadienne