Ottawa persiste, signe et annulera la réforme conservatrice

En 2014, Ottawa a versé des prestations régulières d’assurance-emploi à 487 000 chômeurs. Le ministère de l’Emploi n’a pas mené d’autres études pour évaluer les conséquences de la réforme.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne En 2014, Ottawa a versé des prestations régulières d’assurance-emploi à 487 000 chômeurs. Le ministère de l’Emploi n’a pas mené d’autres études pour évaluer les conséquences de la réforme.

Le gouvernement Trudeau demeure convaincu que la réforme conservatrice de l’assurance-emploi a causé du tort à certains chômeurs canadiens. Ses fonctionnaires ont beau avoir constaté que peu de demandes d’assurance-emploi ont été rejetées en vertu des changements conservateurs, le gouvernement libéral maintient que sa promesse d’annuler la réforme sera respectée.

« C’est nécessaire pour ceux qui en ont souffert. C’était une promesse électorale et c’est quelque chose que nous avons promis de faire et que nous avons fait », a affirmé la ministre de l’Emploi, MaryAnn Mihychuk, à sa sortie des Communes jeudi.

En 2012, les troupes de Stephen Harper ont modifié les critères d’accès à l’assurance-emploi. Un « emploi convenable » que devaient accepter les chômeurs plus « fréquents » — comme les travailleurs saisonniers — pouvait désormais être situé à une heure de chez eux et offrir un salaire moindre que leur emploi précédent (jusqu’à 70 % de moins).

Certains Canadiens sans emploi en sont arrivés à devoir accepter un poste loin de leur demeure, ce qui leur a coûté des frais de garde et de déplacement, a fait valoir la ministre Mihychuk. « Pour certains, c’était de gros impacts. Pour d’autres, ce n’était pas vraiment un enjeu. C’était une des mesures que nous avons promis d’éliminer pendant l’élection et nous l’avons fait », a insisté la ministre. Ses fonctionnaires n’ont toutefois pas fourni de telles études, en comité parlementaire mercredi.

Statistique Canada a de son côté rapporté, au même comité, n’avoir décelé qu’un faible nombre de demandes de prestations d’assurance-emploi rejetées parce qu’un chômeur avait refusé un « emploi convenable » — 190 personnes — ou encore parce que les demandeurs n’avaient mené « aucune recherche d’emploi » — 960 personnes. En 2014, Ottawa a versé des prestations régulières d’assurance-emploi à 487 000 chômeurs. Le ministère de l’Emploi n’a pas mené d’autres études pour évaluer les conséquences de la réforme.

Nonobstant ces statistiques, le gouvernement libéral va de l’avant et annulera les changements conservateurs, car leur réforme était « mal pensée, de manière un peu mesquine, de manière un peu insensible au sort des travailleurs sans emploi », a argué à son tour le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos.