Justin Trudeau est enthousiaste quant au projet de train électrique de la CDPQ

Le train électrique roulera sur un réseau de 67 kilomètres de Brossard à Sainte-Anne-de-Bellevue, en passant par l’aéroport Trudeau d’ici 2021.
Photo: CDPQ infra Le train électrique roulera sur un réseau de 67 kilomètres de Brossard à Sainte-Anne-de-Bellevue, en passant par l’aéroport Trudeau d’ici 2021.
Le premier ministre Justin Trudeau ne cache pas son enthousiasme pour le projet de train électrique à Montréal et il a pratiquement assuré que son gouvernement n’attendait plus que la demande de financement de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui en est le promoteur, pour aller de l’avant.

Participant au congrès biennal de l’aile québécoise du Parti libéral du Canada, samedi à Montréal, M. Trudeau a indiqué sans détour que ce projet correspond en tous points à ses critères pour les investissements massifs qu’il a promis en infrastructures, notamment parce qu’il s’agit de transport collectif électrique.

M. Trudeau a dit avoir «hâte de travailler avec la Caisse» dans ce projet qu’il a dit aimer beaucoup.

Justin Trudeau a cependant été beaucoup moins empressé dans ses réponses aux questions liées à l’aide financière fédérale d’un milliard $ US qu’espère obtenir Bombardier Aéronautique pour soutenir la CSeries.

Le premier ministre a certes salué la vente de 75 appareils à Delta Air Lines comme une bonne nouvelle, a louangé l’appareil et signalé l’importance de l’industrie aéronautique au Canada, mais pour l’aide financière, il s’est limité à dire qu’il ne négocierait pas sur la place publique et que les discussions se poursuivaient en vue d’obtenir «un plan d’affaires solide».

Ces dossiers ont ramené l’idée d’avoir un lieutenant politique au Québec, une omission dans son cabinet que certains analystes ont invoqué comme étant l’une des raisons expliquant le retard dans le dossier de Bombardier, notamment.

Justin Trudeau a balayé la question du revers de la main, affirmant qu’il y a «des voix extrêmement fortes pour le Québec au sein du cabinet», à commencer par lui-même, ce qui l’a amené à se demander en quoi un lieutenant du Québec serait utile lorsqu’il y a au cabinet «un général du Québec».
9 commentaires
  • Claude Bariteau - Abonné 30 avril 2016 16 h 29

    Ne pas cracher dans la soupe

    Il va de soi que le chef du PLC, devant un projet du PLQ qui répond aux attentes des supporters de la région de ces deux partis, n'allait pas cracher dans la soupe, mais plutôt s'empresser d'avoir hâte de la humer, de l'épicer et de la faire goûter à ses partisans.

    Élémentaire, mon cher Watson.

    • Jacques Patenaude - Abonné 30 avril 2016 20 h 59

      Je comprend qi'il soit emballé du projet de la caisse. Ça va désservir le west island!. Quant à Bombardier ça ne fait que travailler des petits canadiens français...ça pas d'importance! non ?

    • Jean-Paul Carrier - Abonné 30 avril 2016 23 h 14

      Difficile de simplement dire, BRAVO, n'est-ce pas, quand il s'agit du PLC ou du PLQ. Ça vous aurait été plus facile venant d'un autre parti.

  • Gilles Théberge - Abonné 30 avril 2016 23 h 03

    Trudeau n'a pas remarqué

    Que le transport se déployait surtout vers l'ouest...

    Ah ben...!

    • François Dugal - Inscrit 2 mai 2016 11 h 49

      Il l'a remarqué, monsieur Théberge; voilà ce qui fait son bonheur.

  • Denis Paquette - Abonné 1 mai 2016 07 h 53

    La gauche,SVP, elle est plus déterminante et décisive

    Allons monsieur le boxeur, encore quelques rounds, le combat n'est pas encore terminé, nous avons un pays a construire,

  • François Dugal - Inscrit 1 mai 2016 08 h 01

    Rouge

    Rouge à Québec, rouge à Ottawa, et rouge dans les comptes de Bombardier : que fait le "général du Québec"?

  • Jacques Lamarche - Inscrit 1 mai 2016 11 h 09

    Au pays des merveilles!

    On se croirait au Temps des Fêtes. Santa Claus tout heureux d'offrir aux ¨petits¨ un merveilleux petit train électrique! L'approche est candide, enfantine, jovialiste, surréaliste à l'idée que le présent vient de l'argent de ses commettants!!! Mais l'image et les slogans feront penser que le Canada est plein de bons sentiments envers nous, ses ressortissants!

    L'idée est de faire rêver, autant les Canadiens que les Québécois! De rendre les premiers heureux en se montrant coriace sur le dossier de Bombardier, et les seconds en étant enthousiaste sur celui des voies ferrées!

    Par le sourire et les déclarations d'amour, ce pays est en train de se transformer en conte de fée! De ce magicien, le Québec bénéficiera d'une quelconque générosité et se sentira comblé.

    Un miracle est en train de s'opérer! Le Québec se sent maintenant bien traité! Il autait été imprudent d'en confier la responsabilité à un député; sur une glace aussi fine, il aurait pu déraper et tout bousiller! S'il fallait que l'opinion du ROC soit choquée!