Un autre conservateur fait défection au profit du PLC

Ottawa — Le premier ministre Paul Martin s'est adjoint un autre conservateur hier en la personne de John Herron, le député néo-brunswickois qui siège comme progressiste-conservateur indépendant depuis qu'il a refusé de se joindre au nouveau Parti conservateur du Canada, né de la fusion du Parti progressiste-conservateur et de l'Alliance canadienne.

M. Martin, qui a réussi à retirer trois députés au caucus conservateur, a qualifié M. Herron, un député peu connu à l'échelle nationale, d'«ajout majeur» à la famille libérale.

«On voit quelqu'un avec une stature, un militant, quelqu'un avec une vision de l'avenir du pays, rejoindre les rangs du Parti libéral, a affirmé le premier ministre. Et pour moi, c'est symboliquement très important et c'est aussi important en substance.»

M. Herron ne deviendra pas libéral immédiatement. Il va continuer de siéger comme progressiste-conservateur aux Communes et tentera, le mois prochain, de gagner l'investiture libérale dans son comté de Fundy-Royal dans l'espoir de représenter le parti au pouvoir aux élections législatives qui devraient avoir lieu ce printemps.

«Je voulais m'engager au sein d'un parti vraiment national qui serait pancanadien par sa nature, progressif par son programme, qui comprendrait les aspirations de toutes les régions du pays... », a affirmé M. Herron, qui s'est fait élire pour la première fois aux Communes en 1997.

Les deux autres conservateurs qui ont décidé de se joindre aux libéraux sont l'ancien progressiste-conservateur Scott Brison et l'ancien allianciste Keith Martin.

M. Brison est passé chez les libéraux le mois dernier, alors que M. Martin a affirmé qu'il briguerait l'investiture libérale en vue des prochaines élections.

Les députés conservateurs Joe Clark et André Bachand ont aussi refusé de s'associer au nouveau Parti conservateur mais ils ont également refusé de se joindre aux libéraux. Ils ont plutôt annoncé qu'ils ne se présenteraient pas aux prochaines élections.