Pas de décision sur Énergie Est

La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna

Le gouvernement de Justin Trudeau réfute catégoriquement la rumeur voulant qu’il ait déjà décidé d’approuver le pipeline Énergie Est. Le processus d’approbation suivra son cours comme prévu, assure-t-on.

La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre mardi sur la colline parlementaire. Dans un texte citant « des gens ayant une connaissance du dossier », le chroniqueur John Ivison affirme que le premier ministre a « dit à ses lieutenants seniors de concocter des plans pour que le pipeline Énergie Est et l’expansion du Trans Mountain en Colombie-Britannique deviennent réalité ».

Il n’en est rien, rétorque le gouvernement. « Pour les projets qui sont en cours, nous avons un processus par lequel on va prendre des décisions basées sur les preuves et les faits. Ça inclut les pipelines. Alors je ne sais pas d’où vient l’histoire, mais ce n’est pas notre processus », a assuré la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna.

La ministre a ajouté que le processus d’approbation des oléoducs avait été modifié par le gouvernement Trudeau pour inclure une consultation avec les peuples autochtones et une évaluation des gaz à effet de serre générés. « On ne préjugera pas des projets avant de faire ce processus. On doit rebâtir la confiance des Canadiens dans ce processus. » L’évaluation environnementale d’Énergie Est n’a pas encore eu lieu. Quant au prolongement du pipeline de l’Ouest, Ottawa doit prendre une décision d’ici la fin de l’année.

En coulisse, un proche conseiller de M. Trudeau s’est montré stupéfait par la chronique de John Ivison, indiquant n’avoir aucune idée d’où cette information provenait. Il n’y a aucune décision de prise, assure-t-on, ni même de « stratégie » commandée. Interrogé par les journalistes, Justin Trudeau a dit qu’il refusait de commenter les « théories » des médias.