Brad Wall demeurera au pouvoir en Saskatchewan

Le Parti de la Saskatchewan et Brad Wall demeureront au pouvoir en Saskatchewan.

Sans surprise, comme le laissaient présager les sondages, le populaire premier ministre sortant a été plébiscité lors des élections générales qui se sont déroulées dans cette province de l’Ouest, lundi.

La victoire est si convaincante que Radio-Canada n’a attendu que 36 minutes après le début du dépouillement du vote pour prédire la réélection de M. Wall dont le parti obtient une troisième majorité d’affilée.

Le Parti de la Saskatchewan poursuit sa domination sur la politique provinciale. Une heure et demie après le début du dépouillement du vote, le parti de M. Wall sortant compte 49 candidats élus ou en tête. Le NPD progresse à peine, ayant quatre élus et huit candidats en tête. Il parvient à faire des gains modestes sur le plan du suffrage populaire à Saskatoon et à Regina mais recule considérablement en zone rurale.

Le Parti de la Saskatchewan obtenait 63,1 % des suffrages exprimés tandis que le NPD en récoltait 29,3 %. Les libéraux qui n’avaient présenté qu’une poignée de candidats aux élections générales précédentes, se contentaient de 3,8 % des voix. Leur présence semblait nuire autant aux néodémocrates qu’aux membres du Parti de la Saskatchewan.

Seulement un des 17 membres du conseil des ministres tirait de l’arrière.

Mauvaise nouvelle pour le NPD : son chef Cam Broten tirait de l’arrière dans sa circonscription de Saskatoon Westiew. Des problèmes que ne connaissait pas Brad Wall qui a été un des premiers candidats déclarés élus de la soirée. M. Wall attirait plus de 80 % des suffrages dans Swift Current.

En 2011, le parti de M. Wall a obtenu plus de 60 % du vote populaire et 49 des 58 sièges, n’en laissant que neuf au NPD.

1 commentaire
  • - Inscrit 5 avril 2016 13 h 12

    Une recette infaillible

    M. Wall a appliqué ce qu'un grand nombre de politiciens canadians ont su mettre à profit; attaquer avec hargne le Québec et les Québécois avant et pendant la campagne. C’est la recette infaillible au Canada.

    McKenna au Nouveau-Brunswick, plusieurs PM de Terre-Neuve, actuels et anciens, Bob Rae en Ontario, presque tous les PM de l’ouest, qui ont connu de très belles carrières politiques en attaquant, soit le Québec directement, soit des prédécesseurs qu'ils ont jugés trop mous face au Québec.