cache information close 

Le Bloc québécois se sert d’Énergie-Est pour mousser l’indépendance

Le président du Bloc québécois, Mario Beaulieu
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le président du Bloc québécois, Mario Beaulieu

Le projet de pipeline Énergie-Est, contesté par plusieurs intervenants au Québec, est maintenant utilisé par le Bloc québécois pour mousser l’indépendance du Québec.

Le président du Bloc, Mario Beaulieu, et deux de ses collègues députés se rendent dimanche à proximité du trajet prévu du pipeline et de l’unique prise d’eau potable de Repentigny, à l’est de Montréal, pour faire valoir leur point.

M. Beaulieu souligne que la décision finale de permettre la concrétisation du projet appartient au gouvernement fédéral, qui pourrait « l’imposer » au Québec. Ainsi, selon lui, l’indépendance serait la « meilleure voie » pour que le Québec assure son plein développement économique et environnemental.

Le Bloc est notamment appuyé dans sa campagne par les Organisations unies pour l’indépendance (OUI Québec), la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, et le parti Option nationale.

Une pétition a été mise en ligne sur le web afin de permettre à la population de manifester son opposition au projet.

3 commentaires
  • Germain Dallaire - Abonné 3 avril 2016 12 h 21

    Énergie-est: un bel exemple

    Le bloc québécois se sert d'Énergie est. Nous voilà dans la politique complot, dans la manipulation. Dans les faits, Énergie est est un exemple parfait de contradiction entre les valeurs des québécois(e)s et celles du ROC. Si le fédéral veut rentrer de travers dans la gorge des québécois(e)s ce projet de pipeline, c'est à cause du poid politique de l'Alberta. Pour un tas de bonnes raisons, les québécois(e)s semblent ne pas en vouloir. C'est un exemple parfait qui montre l'importance d'être maître chez nous. Il n'y a rien de machiavélique dans les fait de le dire.
    Germain Dallaire
    abonnée

  • Réal Bergeron - Abonné 3 avril 2016 15 h 53

    la famille canadienne

    Justin Trudeau qui clame notre appartenance à la grande «famille canadienne» pour nous faire accepter ce même projet, ça s'appelle mousser le fédéralisme

  • Jean-François Trottier - Abonné 3 avril 2016 16 h 42

    La question subsidiaire

    Mais qui a pu écrire un titre pareil chez La Presse Canadienne ?????

    C'est le pétrole de l'Ouest au grand complet qui est une excellente raison de parler d'indépendance!

    Le mal hollandais n'est pas une vision de l'esprit. Le pétrole des cowboys de l'Ouest a causé un ralentissement extrêmement dommageable à l'économie de l'Ontario et du Québec, mais plus au Québec parce que la capitalisation domestique y est plus faible.

    Cette personne mérite de réapprendre son métier.