L’assurance-emploi plus généreuse pour les chômeurs

Comme promis en campagne électorale, le gouvernement Trudeau annule une série de mesures, dont certaines mises de l’avant par les conservateurs de Stephen Harper, qui freinaient l’accès aux prestations pour les gens ayant perdu leur emploi.

Le gouvernement Trudeau investit près de 1 milliard de dollars en 2016-2017 pour aider les chercheurs d’emploi. Dès le 1er juillet 2017, les chômeurs toucheront leurs prestations après une semaine d’attente — le délai de carence — plutôt que deux semaines. Cette mesure remettra à elle seule 752 millions par année dans les poches des chômeurs.

Les libéraux annulent aussi une directive de 2012 qui forçait les chômeurs à accepter tout emploi « convenable », même loin de leur résidence ou à un salaire nettement inférieur à celui qu’ils touchaient auparavant. Ottawa fera preuve de « souplesse » pour aider les chômeurs à suivre une formation et à se trouver un nouvel emploi, a précisé le ministre des Finances, Bill Morneau. Il investit de plus 73 millions sur deux ans pour améliorer le service dans les centres d’appels de l’assurance-emploi, critiqués au cours des dernières années pour leurs temps d’attente élevé.

Le gouvernement libéral met aussi fin à l’exigence de travailler au moins 910 heures sur une période d’un an, qui donnait droit à l’assurance-emploi pour les nouveaux travailleurs, comme les jeunes ou les immigrants. À compter du 1er juillet, les chômeurs devront désormais travailler entre 420 et 700 heures pour toucher des prestations — un régime moins généreux que celui proposé par le Nouveau Parti démocratique (NPD), qui fixait la barre à 360 heures. Ottawa estime que 50 000 personnes accéderont ainsi aux prestations.

Le budget prévoit aussi de rallonger de cinq semaines la période de prestations pour les chômeurs de 12 régions canadiennes, dont Calgary et d’autres régions de l’Alberta, frappées par une hausse du taux de chômage. Aucune région du Québec ne fait partie de ces régions prioritaires.

Les cotisations à l’assurance-emploi baisseront par ailleurs de 1,88 $ à 1,61 $ par tranche de 100 $ gagné par les travailleurs à compter de 2017, ce qui correspond à l’équilibre budgétaire du programme, selon le ministère des Finances.


125
millions viendront bonifier les Ententes sur le développement du marché du travail. Cette somme s’ajoute au 1,95 milliard qu’Ottawa verse chaque année.

Consultez la suite du dossier