La légalisation du cannabis rapporterait des milliards au pays

Le Canada pourrait devenir le premier pays du G7 à légaliser l’usage récréatif du cannabis.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le Canada pourrait devenir le premier pays du G7 à légaliser l’usage récréatif du cannabis.

La légalisation du cannabis, promise par le premier ministre Justin Trudeau, pourrait générer des revenus compris entre 3 et 10 milliards de dollars pour le pays chaque année, selon une étude de la Banque CIBC.

« Avec les budgets du pouvoir fédéral et des provinces aux prises avec des problèmes de recette, il est utile d’explorer les conséquences fiscales pour le Canada » d’une légalisation de la marijuana, explique l’économiste Avery Shenfeld dans une note reçue vendredi.

La banque canadienne a abordé les seuls impacts économiques et fiscaux d’une légalisation. « Déjà, des provinces comme l’Ontario, par exemple, envisagent avec impatience d’étendre leur monopole sur la vente d’alcool à celle de cannabis », remarque-t-il.

Pour chiffrer les retombées, M. Shenfeld se base sur trois scénarios pour lesquels l’État serait responsable des circuits de commercialisation.

À partir d’une dépense estimée de 400 millions de dollars par an dans la consommation de cette drogue douce en Colombie-Britannique, selon une étude de l’International Journal of Drug Policy, l’économisteévalue, en extrapolant, une dépense totale d’environ 3 milliards, « ce qui ne laissera pas beaucoup de place à une hausse des rentrées fiscales, à moins que les prix soient augmentés substantiellement ».

Le deuxième scénario s’inspire de la légalisation dans l’État américain du Colorado, qui, appliquée à la taille du marché canadien « bien plus grand », permettrait d’estimer à environ 10 milliards de dollars les revenus annuels.

Enfin, en partant d’une estimation donnée par différents rapports évaluant une consommation récréative de 770 tonnes, les recettes seraient alors d’environ 5 milliards.

Tous ces chiffres, note la CIBC, ne tiennent pas compte du « tourisme du cannabis », qui augmentera les revenus liés à la légalisation.

Après avoir promis en campagne une légalisation « sur-le-champ » après son élection, Trudeau a donné à l’ancien chef de la police de Toronto, Bill Blair, la mission de préparer cette mesure, sans fixer de calendrier. Le Canada deviendrait ainsi le premier pays du G7 à légaliser l’usage récréatif du cannabis.

6 commentaires
  • Sylvain Rivest - Inscrit 29 janvier 2016 16 h 35

    une alternative verte

    beaucoup moins polluante que le pipe line

  • Sylvain Rivest - Inscrit 29 janvier 2016 16 h 36

    une alternative verte

    beaucoup moins polluant que le pipe line

  • André Champagne - Abonné 29 janvier 2016 21 h 02

    Les revenus justifient la légalisation?

    Est-il souhaitable dans le débat sur la légalisation du cannabis de faire intervenir les bienfaits économiques? Certainement pas au premier chef!
    Il ne faudrait pas négliger les impacts sociaux, la contrebande et tout ce qui s’y apparente. La mise en place d'une loi implique la présence de lois qui doivent être appliquées dans le respect de tous les intervenants.
    Le débat ne fait que commencer.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 janvier 2016 06 h 37

      «Lois qui doivent être appliquées dans le respect de tous les intervenants. Le débat ne fait que commencer.»

      Je ne me souviens pas... Est-ce que le débat sur la légalisation de l'alcool fut très long pour l'enlever de dans les mains des bootleggers ? Est-ce que le débat sur la Loto fut très long pour retirer le jeu des mains des malfrats ? Ceux qui combattent «contre» la légalisation, combattent «pour» qui en fait ? Ceux qui vendent aujourd'hui des drogues à nos enfants ont droit à combien de «respect» ?

      Pourquoi ai-je toujours l'impression qu'il faut toujours tout recommencer toujours «à zéro» ? N'apprenons-nous jamais «rien» ?

      PL

  • Micheline Dionne - Inscrite 29 janvier 2016 22 h 03

    jeu de mot facile

    Mesure qui couperait ''l'herbe'' sous les pieds des trafiquants.

  • Marc Desgagné - Abonné 31 janvier 2016 00 h 00

    Quelle vision embrouillée

    La CIBC en a fumé du bon !