Justin Trudeau refuse de parler de gâchis

Critiqué par certaines familles des victimes tuées dans les attentats terroristes survenus à Ouagadougou en raison de la réponse de son gouvernement, le premier ministre Justin Trudeau refuse de parler de gâchis dans ce dossier.

La sortie du conjoint de Maude Carrier, l’une des six victimes québécoises tuées au Burkina Faso la semaine dernière, a eu des échos jusqu’au Forum économique de Davos, auquel participait le premier ministre. « Je ne peux qu’imaginer la peine que cette famille est en train de vivre et je suis content d’avoir pu exprimer mes condoléances », a répondu M. Trudeau.

Lorsqu’on lui a demandé comment il s’était senti après qu’un électeur lui eut raccroché la ligne au nez, Trudeau a répondu « pour moi, l’important, c’est comment ils [les proches des victimes] se sentent ».

Le premier ministre a de nouveau affirmé qu’il n’avait pas l’intention de revenir sur sa décision de retirer les six CF-18 dans le cadre des frappes aériennes contre le groupe armé État islamique en Syrie et en Irak.

4 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 22 janvier 2016 21 h 22

    Gérons la situation

    Je ne sais trop ce que je fais, mais je suis satisfait des résultats.

  • Denis Paquette - Abonné 23 janvier 2016 00 h 36

    Une empathie unique

    Et pourtant n'est-ce pas une énorme horreur, c'est gens était des gens biens comme l'on en trouve peu souvent, des gens avec une empathie unique, celle la Justin tu l'as manqué tout a fait

  • Michel Duval - Abonné 23 janvier 2016 10 h 55

    Dites-le avec des bombes!

    Mes sympathies. Meurtres à Ouagadougou, bombardons l'Irak et la Syrie. Ça ne règle rien mais ça fait du bien. Pas la peine de réfléchir, alors que nous sommes en partie à l'origine des problèmes du Burkina Faso par notre action intempestive en Libye qui a répandu armes et djihadistes vers l'Afrique.
    Pourquoi donc devrions régler les problèmes causés par les Américains en Irak et en Syrie avec nos six avions? N'en jetez plus, la cour est pleine.

  • Richard Poulin - Inscrit 24 janvier 2016 14 h 37

    Des gens bien...

    .. comme il s'en trouve souvent. Ils ne sont pas les seuls à faire du bénévolat international. Leur mort non prémédité n'en font pas des héros national, faut relativer un peu. Et plus de bombes, plus de CF18...! ça va régler quoi?