Les conservateurs interpellent le gouvernement Trudeau

A l’instar du premier ministre Justin Trudeau, les chefs de partis d’opposition sur la scène fédérale ont condamné d’une même voix les attentats terroristes qui ont coûté la vie à 29 personnes, dont six citoyens canadiens, à Ouagadougou, au Burkina Faso, vendredi.

La chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, Rona Ambrose, a pressé le gouvernement Trudeau de rassurer les Canadiens. Selon elle, la population canadienne a besoin de savoir si celui-ci prend toutes les mesures possibles pour combattre le terrorisme et assurer sa sécurité.

Elle a incité notamment le gouvernement à revoir ses plans de retrait des CF-18 participant aux frappes contre l’État islamique.

Sans surprise, le député conservateur de Louis-Saint-Laurent a répété le même message que Rona Ambrose lorsqu’il a accordé une entrevue à La Presse canadienne dimanche matin.

« Il faut maintenir la pression de toutes les manières possibles entre autres par le maintien des missions aériennes que nos aviateurs canadiens assument avec fierté et diligence », a déclaré Gérard Deltell.

Il a poursuivi en faisant valoir qu’il était carrément impossible de « rester insensible » face à ce qui s’est produit au Burkina Faso.

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a déclaré, samedi, que l’attaque d’Ouagadougou « rappelait encore une fois le danger que représente le terrorisme pour les Canadiens partout dans le monde ». Il a ajouté que la communauté internationale doit remporter la victoire contre cette violence et que « le Canada sera là ».

Quant au premier ministre Justin Trudeau, il a condamné l’attaque et s’est dit profondément attristé par ces «gestes insensés de violence contre des civils innocents».

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a aussi condamné l’attaque en écrivant un message sur sa page Twitter : « Le pays entier condamne les attentats au #BurkinaFaso. Mes condoléances aux proches des victimes, dont 6 étaient canadiennes. »

Le chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin, a lui aussi offert ses condoléances aux familles et aux amis des victimes. « Ces actes de violence gratuite perpétrés contre des innocents sont d’une barbarie sans nom », a-t-il déclaré par voie de communiqué.

3 commentaires
  • Maryse Veilleux - Abonnée 17 janvier 2016 12 h 33

    Le plus rassurant

    Ce qui est le plus rassurant est que le parti conservateur ne soit pas au pouvoir. Avec son idéologie de peur qu'il aimait instaurer dans la population. Il est possible de vivre agréablement dans un pays tout en ayant des services de sécurité actifs et efficace. L'idéologie du parti conservateur qui avait pour but d'accroître les coupures dans la fonction publique fédérale (entre autre à la GRC, au SCRS et la Défense nationale) ainsi que la fermeture de l'Hôpital Ste-Anne-de-Bellevue qui a été transférée à la province, responsable de donner des services aux anciens combattants démontre quel niveau de réflexion les conservateurs portaient sur la sécurité du pays et sur l'appréciation de ceux qui étaient allé combattre à l'étranger et qui revenaient avec des stress post-traumatiques.

  • Jean-François Caron - Abonné 17 janvier 2016 13 h 02

    Simplicite (intellectuelle) volontaire

    Il est certain que d'avoir eu des CF-18 dans le ciel du Burkina Faso aurait permis d'eviter cet attentat. N'est-ce pas Monsieur Deltell?

    Il faudrait que nos politiciens pensent un peu plus large sur les raisons de la situation actuelle, comment la solutionner et comment eviter de la reproduire dans le futur.

  • Denis Paquette - Abonné 17 janvier 2016 15 h 14

    Des amateurs comme on en avaient jamais eus

    Et comment on fait- ca, en leur envoyant une bombe nucléaire, quelle statéges ils ont étés tout au long de leur mandat que je qualifierais de primaires , peut-etre que nous en serions pas la, ca se permet de vouloir diriger le monde mais je ne leur donnerais meme pas une équipe de hokey juniors a diriger, heureusement que les populations en ont eu mare de ces politiciens amateurs