Des avions canadiens tentent de contrer une offensive du groupe EI

La participation canadienne dans les raids se poursuit alors que le nouveau gouvernement libéral fédéral réfléchit à l’échéancier du retrait promis des six CF-18.
Photo: La Presse canadienne / HO La participation canadienne dans les raids se poursuit alors que le nouveau gouvernement libéral fédéral réfléchit à l’échéancier du retrait promis des six CF-18.

Ottawa — Les Forces armées canadiennes ont été au coeur d’une opération majeure dans le nord de l’Irak, jeudi, alors que des centaines de combattants extrémistes ont lancé une offensive de grande ampleur contre les forces kurdes dans la région.

Deux CF-18 ont atteint une position de combat du groupe armé État islamique, au nord-ouest de Mossoul occupée, la deuxième ville en importance du pays.

L’armée a indiqué que les membres des forces spéciales canadiennes entraînant les combattants kurdes avaient ouvert le feu pour appuyer les Kurdes tentant de repousser l’offensive du groupe EI.

On ne signalait aucun mort dans les rangs canadiens.

Des médias américains ont affirmé que des avions à réaction américains, britanniques et français ont aussi effectué des frappes aériennes, alors que l’offensive contre les Kurdes s’est étirée sur plus de 17 heures.

Des médias locaux à Erbil ont soutenu que les forces kurdes avaient repoussé les assauts coordonnés en cinq lieux — Nawaran, Bashiqa, Tel Aswad, Khazr et Zardik.

Un communiqué du conseil régional de sécurité du Kurdistan a indiqué que « des voitures piégées, des mortiers et des roquettes » avaient été utilisés pour lancer chaque attaque avant l’arrivée de combattants du groupe État islamique.

L’ampleur de l’offensive semble avoir pris par surprise les Kurdes et la coalition menée par les États-Unis, le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, venant de dire aux médias kurdes à Erbil que les plans pour la reprise de contrôle de Mossoul progressaient.

La participation canadienne dans les raids se poursuit alors que le nouveau gouvernement libéral fédéral réfléchit à l’échéancier du retrait promis des six CF-18 et à la manière d’accroître en contrepartie la formation au sol des forces locales.

Il y a 69 instructeurs des forces spéciales canadiennes qui aident les combattants kurdes dans la région d’Erbil. Le commandement américain de la coalition a affirmé qu’il n’y avait eu aucun mort dans les rangs de la coalition.