Trudeau n’est pas prêt à intervenir personnellement pour Badawi

Ottawa — Le premier ministre, Justin Trudeau, n’est pas prêt à prendre le téléphone pour réclamer personnellement, auprès des autorités saoudiennes, la libération du blogueur Raïf Badawi. « Ce n’est pas dans mes plans immédiats », a laissé tomber le premier ministre libéral dans une entrevue avec La Presse canadienne, mercredi. Pourtant, à l’époque où les libéraux étaient dans les banquettes de l’opposition, leurs députés exhortaient l’ancien premier ministre, Stephen Harper, à appeler Riyad afin de faire pression directement auprès du roi de l’Arabie saoudite. « J’ai pu rencontrer la femme de M. Badawi l’année passée et je lui ai dit très clairement que le Parti libéral allait continuer de mettre de la pression sur l’Arabie saoudite pour encourager sa libération », a-t-il soutenu

 

3 commentaires
  • André Tremblay - Abonné 17 décembre 2015 15 h 06

    Droits de la personne...

    Dion doit rencontrer son homologue saoudien pour "évoquer les droits de la personne". Son vis-a-vis se retiendra pour ne pas rire....car il est poli.

  • Claude Lemire - Abonné 17 décembre 2015 17 h 35

    Libération de Badawi ou excuses du Pape ?

    Je ne comprends pas notre nouveau PM de prioriser l'obtention d'excuses du Pape pour des actions qui se sont passées il y a plus de 60 ans.
    Alors qu'il ne veut pas s'engager à agir pour la libération de Badawi qui est aujourd'hui encore en prison, condamné par un pays infâme avec lequel nous faisons de bonnes affaires !

  • Jean-Luc Malo - Abonné 17 décembre 2015 21 h 28

    Et on continue à protéger cet état

    Or, voici un pays qui:
    1. garde le prix mondial du pétrole bas, ce qui contribue forcément à l'achat de véhicules qui fonctionnent au pétrole, augmentant ainsi les GES
    2. subventionne un réseau de mosquées à travers le monde, où les djadistes se radicalisent; et en grande hypocrisie délègue des représentants quand on célébre la mémoire des civils tués dans des attentats djadistes
    3. méprise les libertés individuelles, incluant celles des femmes
    ...mais qui achète des armes à grand prix dans les pays développés qui en produisent.
    Serait-ce pour cela que nos gouvernements se taisent?
    Jean-Luc Malo
    abonné