Le bilinguisme gagne du terrain à Ottawa

Quinze ministres du cabinet Trudeau sont unilingues anglophones, soit 50 %. Le cabinet Harper en comptait 60 %.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Quinze ministres du cabinet Trudeau sont unilingues anglophones, soit 50 %. Le cabinet Harper en comptait 60 %.

Il y a au sein du cabinet Trudeau autant d’hommes que de femmes… mais aussi autant de ministres bilingues que d’unilingues. La moitié des membres du cabinet Trudeau se disent en effet capables d’accorder des entrevues dans les deux langues officielles du pays. Dans le même esprit, les deux tiers des chefs de cabinet nommés jusqu’ici sont également bilingues.

Un relevé réalisé par le Bureau du premier ministre (BPM) à la demande du Devoir montre ainsi qu’un total de 14 ministres (sur 30), en plus du premier ministre Justin Trudeau, sont bilingues ou « affirment posséder une solide connaissance dans les deux langues ».

Le dernier cabinet de Stephen Harper comptait environ 40 % de ministres bilingues, en comptant les ministres d’État.

Le service des communications du BPM a envoyé dans les jours suivant la composition du cabinet un court questionnaire aux nouveaux ministres pour connaître leur niveau d’aisance dans les deux langues officielles. Ce sont ces résultats qui permettent de parler de parité en matière de bilinguisme.

Les Québécois Justin Trudeau, Stéphane Dion, Jean-Yves Duclos, Marc Garneau, Mélanie Joly et Marie-Claude Bibeau figurent au nombre des ministres bilingues, ainsi que l’Acadien Dominic LeBlanc.

Leurs collègues John McCallum, Carolyn Bennett, Scott Brison, Bill Morneau, Jane Philpott, Catherine McKenna, James Carr et Carla Qualtrough ont également mentionné pouvoir soutenir une conversation en français.

Cela laisse donc 16 ministres unilingues au cabinet, groupe qui compte la Québécoise Diane Lebouthillier au Revenu national (ce serait la première unilingue francophone depuis le conservateur Benoit Bouchard, qui ne parlait pas anglais lorsqu’il a été nommé en 1984). Pour ceux-là, le BPM n’impose pas qu’ils prennent des cours pour apprendre l’autre langue officielle… mais il incite fortement à ce qu’ils suivent des efforts en ce sens. « Tous les ministres sont sensibilisés à l’importance de pouvoir s’exprimer dans les deux langues », indique-t-on au BPM.

Chefs de cabinet

Autrement, 13 des 20 chefs de cabinet qui ont été nommés à ce jour sont bilingues, indique le BPM. Six d’entre eux ont le français comme langue maternelle (soit 24 % des titulaires). Tous les unilingues sont des anglophones. « Les chefs de cabinet qui ne sont pas bilingues doivent s’efforcer d’améliorer leurs connaissances des deux langues officielles et s’assurer d’avoir des francophones parmi leurs principaux conseillers », indique le BPM au Devoir.

On soutient que la « langue française et la sensibilité au Québec sont des priorités de toute l’équipe au BPM. Un signal fort sur l’importance du bilinguisme a été envoyé aux chefs de cabinet qui embauchent le personnel des cabinets ministériels. »

Quant aux sous-ministres, qui relèvent du Bureau du conseil privé (BCP), ils sont « responsables et engagés à assurer un milieu de travail propice à l’utilisation des deux langues officielles, et ce, conformément à la Loi sur les langues officielles », affirme le directeur des affaires ministérielles et médiatiques, Raymond Rivet.

« La plupart des sous-ministres (90 %) sont nommés parmi les rangs de sous-ministres adjoints selon le principe du mérite — qui exige que les individus répondent à un niveau minimal de compétence linguistique dans les deux langues officielles », ajoute M. Rivet.

Comprendre le pays

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, rappelle que la Loi sur les langues officielles ne s’applique pas au Parlement. « Je peux encourager les élus et leur personnel à servir les citoyens dans les deux langues, mais il n’y a pas d’obligation légale », dit-il en entretien.

« C’est une question qui est toutefois devenue politique. C’est par exemple une sorte de loi politique qui fait que pour être chef d’un parti, il faut pouvoir communiquer dans les deux langues avec les Canadiens. Tous les partis reconnaissent cette obligation — ce n’est pas pour rien que le dernier premier ministre unilingue fut Lester B. Pearson [1968]. Et de manière plus large, on reconnaît de plus en plus que le bilinguisme dans la vie publique devient une compétence de leadership. »

Certains ministres québécois, dont Stéphane Dion, ont envoyé des directives à leur ministère pour que les fonctionnaires communiquent avec eux en français (si possible). Selon M. Fraser, cela ne fait que renforcer l’importance, pour la fonction publique, d’être à l’aise dans les deux langues.

« Il y a à mon sens quatre raisons pour un fonctionnaire d’être bilingue : servir le public, gérer des employés qui ont le droit de travailler dans les deux langues, être capable d’informer un ministre dans la langue de son choix, et comprendre le pays. »

9 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 17 décembre 2015 08 h 18

    Les autres bilingues

    Et ne faut pas également les trois autres ministres bilingues qui parlent anglais et penjabi.

  • Bernard Terreault - Abonné 17 décembre 2015 08 h 33

    Bilingue ?

    Dans certains cas, comme ceux de Bill Morneau et de Catherine Mckenna que j'ai entendus, on étire pas mal le sens du mot "bilingue".

    • François Dugal - Inscrit 17 décembre 2015 10 h 23

      Ils sont "fluents" dans les deux langues, monsieur Terreault.

    • Jean Richard - Abonné 17 décembre 2015 13 h 52

      La définition réelle du mot bilingue varie beaucoup.

      Pour un francophone, être bilingue français-anglais signifie qu'il doit parfaitement maîtriser l'anglais et ne pas le parler avec un accent qui trahit ses origines. Et ceux qui sont les plus exigeants sont les francophones eux-mêmes.

      Pour un anglophone, être bilingue anglais-français, ça signifie tenter de prononcer les mots oui, non, merci, bonjour et s'il vous plaît de façon tout juste suffisante pour que l'on reconnaisse ces mots. Et les plus faciles à contenter sont les francophones, bien sûr.

      On nous fait souvent accroire pour justifier cet état de fait que le français est beaucoup plus difficile à apprendre que l'anglais, ce qui est faux.

    • Luc Bertrand - Abonné 17 décembre 2015 14 h 38

      La preuve, monsieur Richard, du colonialisme qui continue encore à se manifester dans une couche trop importante des Québécois(e)s. Probablement la même qui explique qu'un(e) francophone sur quatre, au Québec, appuie, contre vents et marées, le Parti libéral du Québec et qui a suffi, grâce au vote massif des anglophones et allophones, à imposer son gouvernement aux 75% anti-libéraux. Pourtant, ce parti n'a plus rien à voir avec la force du changement qu'il incarnait sous Jean Lesage, et ce depuis longtemps!

      Luc Bertrand
      Pointe-aux-Trembles

  • Gilles Théberge - Abonné 17 décembre 2015 11 h 00

    Ah ah ah ah !

    La ministre unilingue francophone va être bilingue ça sera pas long.

    Mais les ministres unilingues anglophones vont rester unilingues vous pouvez en être certains.

    Jamais une loi n'a êté conçue, discutée, et adoptée en français par aucun gouvernement fedéral.

    Jamais. Faque pour les visions jovialiste à propos du bilinguisme à Ottawa ben vous repasserez!

  • Marcel Duhaime - Abonné 17 décembre 2015 14 h 37

    Un petit cours avec ça?

    Il est assez navrant de constater que, l'accent mis à part, S.Harper parle un meilleur français que J. Trudeau.
    Ca ne devrait pas être trop ardu pour le P.M. de se livrer à une étude plus raffinée de sa langue paternelle. Pas de problème quand il lit ce qu'il dit, ce qui prouve que non seulement il sait lire mais qu'il pourrait parler un bien meilleur français s'il «adressait» ce problème qu'il est «nécessaire de» régler.

    Allons, un petit effort, juste un, avec un-e bon-ne prof. une couple de fois par semaine. Peut-être à la maison?

    Marcel Duhaime.

    • Gilles Théberge - Abonné 17 décembre 2015 15 h 11

      Sa langue maternelle vous dites ?

      Mais c'est l'anglais sa langue " maternelle" sa mère est anglophone...

  • Réal Ouellet - Inscrit 17 décembre 2015 18 h 37

    Assimilation?

    Pourquoi un fonctionnaire francophone québécois sent-il le besoin d'éduquer ses enfants dans les deux langues sinon en raison de la pression sociale du milieu.

    Est-ce que les fonctionnaires anglophones ressentent la même pression? Non

    Le fédéral est à mon sens un facteur d'assimilation des francophones. Point!