Ottawa nie vouloir hausser la TPS

L’ancien gouvernement conservateur avait réduit la TPS de deux points de pourcentage durant ses 10 ans au pouvoir.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir L’ancien gouvernement conservateur avait réduit la TPS de deux points de pourcentage durant ses 10 ans au pouvoir.

Le nouveau gouvernement libéral n'aurait pas fermé la porte à une hausse de la taxe sur les produits et services (TPS), selon plusieurs médias. Sur Twitter mardi, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a cependant nié cette affirmation.

Interrogé plus tôt à ce sujet mardi, M. Morneau avait répondu qu’il faudrait d’abord compléter le processus prébudgétaire avant de pouvoir donner une idée aux Canadiens de ce qui les attend au cours des cinq prochaines années.

M. Morneau avait ajouté que, en ce qui concerne les taxes, il allait pour le moment s’en tenir aux engagements compris dans la plateforme électorale libérale.

L’ancien gouvernement conservateur avait réduit la TPS de deux points de pourcentage durant ses 10 ans au pouvoir, une décision qui avait retranché environ 14 milliards des revenus annuels.

Les libéraux ont déjà renoncé à respecter leur promesse électorale de maintenir les déficits annuels sous la barre des 10 milliards durant les deux prochaines années, mettant cette volte-face sur le compte de la faiblesse de l’économie et de la situation financière plus précaire que prévu héritée des conservateurs.