Un stratège libéral reçoit une peine avec sursis

Metcalfe agi depuis longtemps comme stratège et conseiller auprès du Parti libéral du Canada.
Photo: Capital Hill Group Metcalfe agi depuis longtemps comme stratège et conseiller auprès du Parti libéral du Canada.

Ottawa — Un éminent lobbyiste d’Ottawa et stratège du Parti libéral fédéral a été assigné à résidence et condamné à payer 396 259 $ en amende, a annoncé l’Agence du revenu du Canada.

Herb Metcalfe a reçu une peine d’emprisonnement avec sursis de deux ans moins un jour, incluant 12 mois de détention à domicile, plus l’amende, qui correspond au montant qu’il n’a pas versé en impôt.

Metcalfe est le cofondateur de Capital Hill Group, une firme de lobbyisme très connue.

La firme a indiqué que Herb Metcalfe avait démissionné.

« Herb ne fait plus partie de Capital Hill Group et ne participe plus à ses activités, a révélé la chargée de compte Joanna Carey dans un courriel. Nous continuons à aller de l’avant avec nos activités habituelles. »

Metcalfe a plaidé coupable devant la Cour de justice de l’Ontario à un chef d’accusation d’évasion fiscale déposé à la suite d’une enquête de l’Agence.

Le tribunal a appris que le lobbyiste avait touché 1 366 411 $ en revenus et avantages sociaux entre 2002 et 2006, une somme qu’il n’avait pas incluse dans ses déclarations de revenus.

L’Agence a précisé que Herb Metcalfe préparait lui-même ses déclarations chaque année et qu’il savait ou avait choisi d’ignorer que cette rémunération devait être rapportée aux autorités et qu’elle était imposable.

Metcalfe agi depuis longtemps comme stratège et conseiller auprès du Parti libéral du Canada, et était un membre important de la haute direction de la formation politique.

Il a travaillé sur la campagne qui a permis à Stéphane Dion de remporter la course à la chefferie du parti en 2006. Précédemment, il avait été président de la campagne du libéral John Manley.

Herb Metcalfe a également servi comme principal conseiller de M. Dion lors de la désastreuse élection de 2008, qui avait relégué les libéraux au rang de troisième parti à la Chambre des communes.

Durant les années 1970 et 1980, il a été à l’emploi des bureaux de plusieurs ministres libéraux avant de se tourner vers le lobbyisme.

« L’Agence du revenu du Canada intente des poursuites contre les fraudeurs afin que le public continue d’avoir confiance en l’intégrité du système fiscal, a affirmé Vince Pranjivan, le commissaire adjoint de l’Agence pour la région de l’Ontario. Les Canadiens doivent avoir confiance en la fiabilité et l’équité de notre système d’autocotisation. »

 

5 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 23 novembre 2015 14 h 34

    Création d'un ministère

    contre l'évasion et l'évitement fiscaux.
    Le Gouvernement Trudeau osera-t-il une telle création, le MCEEF?

    Je l'espère.

    Pendant ce temps, de petits criminels non cravatés et mal coiffés vont en prison sans sursis pour des petits vols ...

    Monsieur Metcalfe devrait de lui-même verser annuellement un montant significatif à des oeuvres de charité, sans demander des reçus pour les impôts.

    Bien plus, il devrait demander une peine sans sursis, et purger sa peine en prison, à ses frais.

  • Marc Theriault - Inscrit 23 novembre 2015 15 h 59

    Une « amende »?

    Une « amende » est, par exemple, une peine ou une sanction infligée à quelqu'un pour une infraction commise à la législation. Dans ce cas-ci, selon ce que je lis, il ne s'agit pas d'une « amende », mais d'une simple réquisition visant le montant des impôts dus. L'ARC ne s'est pas gênée, il y a quelques années, pour m'imposer une amende salée simplement parce que j'avais fait mes paiements d'acomptes provisionnels en retard (mais les impôts ont tout de même été payés à temps). Alors, on pénalise les citoyens s'ils retardent le paiement des acomptes provisionnels, mais on ne les pénalise pas financièrement s'ils fraudent l'ARC?

  • Gilles Théberge - Abonné 23 novembre 2015 16 h 48

    Une peine...

    Une peine bonbon!

    C'est nornal, c'est un libéral...

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 23 novembre 2015 19 h 08

    Traitement de faveur

    Le montant qu'il n'a pas versé à l'impôt et l'amende lui ?
    Le petit monde rembourse le montant non payé et en plus il paie un amende.

    Les riches libéraux ne paient pas d'amende et vont en prison dans leur salon avec la ménagère qui lui sert ses repas et le borde lorsqu'il se met au lit.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 23 novembre 2015 21 h 40

    Que dire de Couillard qui nous attache a ce pays .

    Ca dépasse l entendement.Est-t-il aveuglé par sa haine des souverainistes ou simplement malfaisant ignorant notre histoire,notre langue,notre culture volontairement ou encore l admiration de Harper et Chretien ,Dion et Metcalfe.Je ne sais pas .Faudrait consulter les experts du comportement. J-P.Grisé