Les fonctionnaires saluent le gouvernement Trudeau

Les chefs syndicaux représentant les fonctionnaires fédéraux se réjouissent de la consigne donnée vendredi soir par le gouvernement Trudeau autorisant les scientifiques et les experts à parler de leurs travaux en public. Quant aux applaudissements que certains fonctionnaires ont spontanément servis à un des nouveaux ministres, il ne faut pas, assurent-ils, y lire une preuve de partisanerie. Seulement une marque de grand soulagement.

Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a publié vendredi soir un communiqué de presse déclarant que « les scientifiques et les experts du gouvernement fédéral pourront parler ouvertement de leurs travaux avec les médias et le public ». La réaction ne s’est pas fait attendre, et elle est unanime.

« On l’adore ! » s’exclame au bout du fil Debi Daviau, la présidente de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada. « Ça fait neuf ans que nos scientifiques et nos chercheurs étaient muselés, et pour eux, c’est une très grande victoire. » Le vice-président de l’Alliance de la fonction publique, Chris Aylward, se réjouit également. « Ce fut très difficile, en particulier au cours des quatre dernières années, de prendre la parole. »

Mel Cappe, un ancien greffier du Conseil privé (sorte de grand patron de la fonction publique fédérale), accueille lui aussi favorablement la nouvelle, tout en apportant un bémol. Il rappelle que les fonctionnaires ont le devoir de servir leurs maîtres politiques du jour. Si les scientifiques devraient avoir le droit de parler de leurs recherches, cela ne leur donne pas pour autant le droit de critiquer publiquement les choix politiques du gouvernement.

Fonctionnaires partisans ?

Cette annonce vendredi n’est pas le seul événement à avoir ébranlé la bulle fédérale. En après-midi, le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a donné à son ministère un point de presse au cours duquel plusieurs fonctionnaires présents l’ont applaudi à trois reprises : lorsqu’il a parlé de la valeur de tous les fonctionnaires, d’évaluations environnementales et de lutte contre les changements climatiques.

Les critiques ont fusé sur les réseaux sociaux, de nombreux commentateurs y voyant la preuve que la fonction publique fédérale est « rouge » dans l’âme et que Stephen Harper avait raison de s’en méfier.

Debi Daviau y voit plutôt une « réaction complètement naturelle et humaine après neuf ans d’abus complet et absolu ». « Notre fonction publique vit une lune de miel du fait qu’elle peut, après neuf ans, être autorisée à faire son travail correctement. On ne doit pas s’inquiéter que notre fonctionpublique célèbre cela. »

Tom Flanagan, professeur de sciences politiques de Calgary et ancien collaborateur de Stephen Harper, trouve ces applaudissements problématiques. Ils trahissent non pas un biais pro-libéral, mais un biais en faveur d’une vision interventionniste de l’État.

« Les fonctionnaires ont intérêt à ce que l’État soit gros. C’est leur industrie. Plus l’État est gros, plus il y a d’emplois, d’occasions de promotions et meilleur est le salaire. C’est pour cela qu’ils sont toujours suspicieux des gouvernements qui prônent la retenue. » Les visions politiques libertariennes véhiculées par les partis politiques de l’Ouest sont donc perçues comme étant étrangères.

« Je vais utiliser cet exemple dans mes cours pour démontrer la dominance du courant de pensée laurentien [du Canada central] à Ottawa et comment l’Ouest est encore perçu comme un outsider ! » reconnaît-il.

Mel Cappe lui donne en partie raison. Les applaudissements soulignaient, à son avis, « la revitalisation et la renaissance du rôle du Canada sur la scène internationale ». En ce sens, dit-il, les fonctionnaires avaient beaucoup aimé le gouvernement de Brian Mulroney, preuve que ce n’est pas la « partisanerie » qui anime les fonctionnaires, mais une certaine vision de l’État.

9 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 10 novembre 2015 01 h 59

    Moi aussi j'ai salué Justin!!!

    J'ai tout qu'un sens de l'humour, moi! J'ai écrit il y a 10 jours une missive directement à Justin disant que j'étais extrêmement importante et exceptionnelle car j'étais en quelque sorte la voix du peuple.

    Je voulais qu'il aie la frousse...

    Je lui ai ensuite dit que s'il suivait mes conseils que je lui enverrais au fur et à mesure, je lui garantissais de passer a l'Histoire comme le Berger ayant réunifié les 2 Belles Solitudes...

    Puis, je lui ai donné mes 1eres consignes. Je lui ai dit mon Justin, ce que tu vas mettre dans les priorités de ton très Fameux Plan, c'est bp plus de fonds dans radio-can, et veiller à créer une télé-série cool, locale, moderne, et éducative pour nos ados chez qui les MTS sont en hausse depuis la mort de Watatatow et la cessation des cours de sexualité ou on apprend à mettre une capote sur une banane.

    Puis, je jure que mon anecdote est authentique: je lui ai dit que les 1 ers chantiers qu'il devait attaquer apres l'ère dévastatrice d'Harper sont Au p.s. Ceux de notre Culture et de la Recherche Fondamentale.

    Oui, oui, je lui ai vraiment parlé des chercheurs!!! De la Culture, de radio-canada et son contenu, et des chercheurs. C'est tout. A part de conclure qu'il n'avait pas fini de moi...oooooh non!

    Je n'ai jamais eu envie d'écrire à Harper, une goutte d'eau dans l'océan, mais avec Justin, c'est différent. C'est sur qu'il est mon chouchou, car sa maman a la même maladie que moi et que je me dis que mieux que quiconque, il peut comprendre la Femme un peu Fêlée.

    Et comme je ne l'ai jamais cru, qu'il avait un Plan, et que moi j'en ai un, pourquoi ne pas au moins m'essayer à lui servir de souffleur.

    Je n'ai bien sur pas eu de réponse et il s'il a lu, (prodige!) il a du ricaner et trouver ma mégalomanie plein de candeur.

    Mais il a fait qqe manoeuvre pour les chercheurs, ah ah ah! Peut-être même pas besoin de fric pour avoir du " Power" quand tu possèdes la rhétorique!

    M.Vaillancourt, vous en êtes le meilleur prof!

    • Jean Richard - Abonné 10 novembre 2015 08 h 33

      « c'est bp plus de fonds dans radio-can, »

      Radio-Canada est devenue un vecteur de propagation de la culture américaine, en version originale avec sous-titres français. Elle n'est pas plus le miroir de la francophonie nord-américaine que celui de la diversité culturelle qu'on aurait intérêt à mieux saisir.

      Plus de fonds à Radio-Can ? Pas avant qu'elle se soit ajustée à ce qu'on devrait pouvoir attendre d'une radio publique.

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 10 novembre 2015 15 h 58

      M.Richard, je ne sais pas de quel Radio-Canada vous parlez, mais celui que moi j'écoute, Infoman, enquête, la facture, les enfants de la télé, tout le monde en parle etc. RDI et toute sa programmation et leurs grands reportages chaque soir, font un travail remarquable pour sortir le peuple de son ignorance en évitant de tomber dans le pathétisme ou le sensationnalisme comme TVA et LCN et représente avec beaucoup de brio la Francophonie et la Culture Québécoise. Le banquier, ça, c'est américain, tandis que la petite vie passe encore a radio-canada ( preuve cependant qu'ils manquent drôlement de budget pour produire de nouveaux shows qui rassembleraient dans le rire les québécois).

      Je ne vous comprends pas ni vous, ni le lecteur qui vous a lu et s'est dit, c'est vrai que radio-canada passe des émissions américaines en version originale sous-titrées(!!!) et qu'ils ne font pas un bon boulot de représentation de notre Belle Francophonie et qui vous a " liké".

      Ma télé est ma compagne la plus jasante et je serais bien embétée s'il n'y avait plus RDI pour me captiver.

      PKP abrutie son public, et radio-canada l'éclaire. Et Fabienne Larouche, n'est-elle pas un pilier de l'écriture au Québec? Pour qui écrit-elle?

      Vous trouvez peut-être TVA plus près du Québécois car celui qui dicte le " mandat sans droit de regard" est chef du PQ?

      Vous ne regardez pas autant de télé que moi je crois, Radio-Canada fait un excellent boulot avec leur maigre budget.

      Vous êtes soit un peu ignorant ou piètre auditeur pour émettre un tel commentaire. Avant de salir un groupe de gens, on prend au moins la peine de les écouter attentivement avant non? Je doute que vous ayez pris cette précaution.

      Ou je reçois par ma télé un contenu extra-terrestre différent de celui de toutes les autres résidences du Québec pour m'enchanter et me faire croire qu'il y a encore des gens passionnés par la diffusion du Savoir au Québec.

      Savoir, c'est Pouvoir!

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 10 novembre 2015 04 h 41

    Dix ans

    Dix ans de culture de confrontation laissent des marques. Ceux qui ont maintenant vingt-cinq ans n'ont pas connu autre chose. Ce sont principalement eux qui «réagissent» sur les média sociaux. Il n’est donc pas étonnant qu’ils le fassent négativement. Cela prendra quelques années et plusieurs surprises positives afin de leur faire perdre cette habitude de «réagir sans réfléchir». Ce n’est pas qu’ils ont une opinion fondée, ce n’est que «réaction». C’est une question de comportement. Le système d’éducation n’aidant pas, ne faisant que des têtes bien remplies (et encore) au lieu de têtes bien faites; ils régurgitent ce qu’on y a enfoncé au lieu de l’analyser pour s’en faire «une tête». Nous avons alors droit à des phrases toutes faites, plus ou moins longues, de choses auxquels ils n’ont pas vraiment «réfléchi». Et leurs profs… pas forts forts non plus selon mes expériences de lecture de lettres ouvertes accompagnées de titre ronflant. Je ne suis pas... impressionné.
    «Qui» tu as lu est moins important que «qu'est-ce» que tu as lu.

    Bonne journée.

    PL

  • Maryse Veilleux - Abonnée 10 novembre 2015 06 h 44

    L'ouest, des "outsider"...

    Je suis en faveur qu'ils fassent un référendum et deviennent indépendant! On entendra plus parler des réformistes.

  • François Dugal - Inscrit 10 novembre 2015 07 h 42

    La normale

    Le PLC est au pouvoir; les fonctionnaires fédéraux saluent ce retour à la normale.

  • Bernard Terreault - Abonné 10 novembre 2015 08 h 36

    Attendons voir

    L'ouverture manifestée par ce nouveau gouvernement est bienvenue, en espérant que ce ne soit pas qu'un coup publiscitaire pour se rallier la gauche caviar. On verra lorsque qu'un de ces scientifiques mettra en doute la pertinence d'une orientation de ce gouvernement.