Le formulaire long du recensement est rétabli

Il aura fallu une seule journée au gouvernement de Justin Trudeau pour renverser l’une des mesures conservatrices les plus controversées en rétablissant le questionnaire détaillé obligatoire du recensement.

Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, assermenté il y a moins de 24 heures, a annoncé jeudi le retour du formulaire long pour le prochain recensement, en 2016.

Les conservateurs de Stephen Harper avaient aboli le questionnaire détaillé pour le remplacer par une enquête volontaire sur les ménages, invoquant le respect de la vie privée. Le taux de réponse avait alors dramatiquement chuté, passant de 93,5% en 2006 à 68,6% en 2011.

Quand la mesure avait été annoncée en 2010, le directeur de Statistique Canada, Munir Sheikh, avait claqué la porte, en signalant qu’une enquête volontaire ne pouvait pas remplacer un recensement obligatoire au plan de la qualité des données.

Selon le ministre Bains, la décision des conservateurs était basée sur « l’idéologie », alors que celle de rétablir le questionnaire long se fonde sur des « données probantes ».

Le ministre n’a pas voulu s’avancer sur les pénalités que pourraient encourir les citoyens qui refusent de remplir ce questionnaire, mais il a affirmé que « la loi n’a pas changé ». Selon la Loi sur la statistique, la personne qui refuse de remplir le questionnaire est passible « d’une amende maximale de 500 $ et d’un emprisonnement maximal de trois mois ».

À ses côtés, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, a signalé que dans la plupart des cas, les gens étaient très heureux de remplir le questionnaire détaillé.

« Je pense qu’il y a une personne dans toute l’histoire du Canada qui a été invitée, à la toute fin, à des moyens un peu plus coercitifs », a-t-il ajouté.

Les chercheurs soulagés

L’abandon du formulaire long avait particulièrement irrité les chercheurs et universitaires qui se basent régulièrement sur les données compilées par Statistique Canada dans leurs études. Son retour devrait être accueilli avec soulagement, si l’on en croit M. Duclos, qui était professeur d’économie à l’Université Laval avant son élection le 19 octobre.

« Moi, je viens d’un milieu universitaire. J’ai constaté avec beaucoup de mes collègues la très mauvaise nouvelle de l’abandon du recensement long en 2011. Nous avons maintenant tourné la page. Nous revenons à un meilleur système qui coûte moins cher, qui donne des meilleures données, et qui produit des résultats que les gens vont pouvoir utiliser dans leurs communautés pour bâtir un meilleur pays », a-t-il soutenu.

Selon les libéraux, réinstaurer le formulaire long obligatoire coûtera en réalité moins cher à l’État que de poursuivre avec l’enquête volontaire. « Le processus volontaire coûtait en réalité 22 millions en plus. Alors le rendre obligatoire fera en sorte que ce sera moins cher », a fait valoir M. Bains.

Du côté des conservateurs, celui qui pilotait le dossier à l’époque, Tony Clement, a admis que la décision était controversée à l’époque.

« Je ne suis pas ici pour défendre toutes les décisions qui ont été prises », a-t-il insisté, ajoutant qu’il aurait été mieux, à ce moment-là, de faire une revue exhaustive de la collecte de données au Canada afin de trouver un meilleur système. « Les libéraux ont été élus pour changer certaines choses. Ils changent certaines choses, ils en ont le droit et je ne vais pas leur barrer le chemin », a-t-il dit.

Pour Chantal Girard, démographe à l’Institut de la statistique du Québec, le retour du formulaire long obligatoire est une « excellente nouvelle ».

L’échantillonnage était particulièrement difficile avec l’enquête volontaire, ce qui complexifiait la tâche des chercheurs. Les personnes avec des problèmes de littératie par exemple avaient tendance à ne pas répondre à l’enquête volontaire, passant ainsi sous le radar. « On a des hypothèses sur quels groupes ont moins bien répondu, mais on n’a pas la réponse exacte. Donc, c’est ce qui rendait les choses compliquées, entre autres sur le plan de la comparabilité », a noté Mme Girard en entrevue téléphonique.

Les données de 2016 seront de meilleure qualité, mais les chercheurs devront toujours garder en tête que celles de 2011 restent « fragiles ».

 

1 commentaire
  • Bernard McCann - Abonné 5 novembre 2015 14 h 13

    Une sage décision que d'aucun ne regrettera

    Je suis urbaniste à la retraite, mais ayant travaillé avec la donne toute ma carrière, je ne peux qu'apprécier ce franc retour aux sources. Aux générations actuelles et futures d'en profiter. Merci, monsieur le ministre Bains.