Un comité pour comprendre la défaite

Thomas Mulcair souhaite « tirer les bonnes leçons » de la campagne qui lui a fait perdre la moitié de son caucus en demandant à des députés défaits et des anciens du parti d’analyser ce qui a mal tourné.

En entrevue jeudi avec La Presse canadienne, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a confié vouloir mettre sur pied un comité de quatre à six ex-députés battus le 19 octobre et de sages du parti pour faire cet examen de conscience. « Je veux m’assurer surtout qu’on apprend les leçons qu’il faut apprendre de cette campagne », a-t-il expliqué, dans son bureau du Parlement encombré de boîtes. Ses adjoints et lui doivent déménager dans de nouveaux bureaux qu’on ne leur a toutefois toujours pas assignés.

Les membres qui siégeraient à ce comité ne sont pas encore choisis. « Je suis en train justement de compiler une liste aujourd’hui, et on va regarder ça au cours de la prochaine semaine », a-t-il noté.

On peut imaginer que d’ex-élus autrefois très actifs, comme Megan Leslie, Jack Harris, Pat Martin, Peter Stoffer, Nycole Turmel ou Paul Dewar, pourraient être du nombre. D’anciens chefs, comme Ed Broadbent, pourraient être sollicités. M. Mulcair aimerait que le groupe fasse rapport sur la défaite d’ici la fin de janvier.

Recul

Les partis défaits ont généralement comme tradition d’inviter les députés perdants au premier caucus suivant les élections, mais le NPD ne se livrera pas à ce genre d’exercice, qui sert souvent d’exutoire. M. Mulcair a toutefois téléphoné aux candidats battus dans les jours suivant le scrutin.

Il y a 10 jours, le NPD a fait élire 44 des 338 députés de la Chambre des communes, un résultat hautement décevant puisqu’il caracolait en tête des sondages au début de la campagne, au mois d’août. En 2011, Jack Layton avait obtenu 103 sièges avec la vague orange.

Plusieurs analystes s’entendent sur le fait que la prise de position de M. Mulcair en faveur du port du niqab aux cérémonies de citoyenneté a été un tournant dans la campagne néodémocrate. À partir du jugement de la Cour d’appel fédérale sur le sujet à la mi-septembre, ses appuis ont piqué du nez, et il n’a pas semblé capable de trouver un second souffle.

Malgré ce revers, M. Mulcair assure qu’il est bien en selle et a l’intention de diriger son parti lors du prochain scrutin fédéral dans quatre ans. « Absolument. Je suis ici avec une forte députation, la deuxième plus forte de l’histoire du parti. Trois millions et demi de Canadiens, malgré la vague [libérale], ont fait confiance au NPD pour notre vision », a-t-il soutenu.

D’ici là, sa mission en Chambre sera de s’assurer que les libéraux tiennent parole sur les nombreuses promesses faites ces dernières semaines. « Le ton va être, pour nous, dès le départ : voici ce que vous avez dit que vous alliez faire, est-ce que vous allez le faire ? » a-t-il assuré.

Je veux m’assurer surtout qu’on apprend les leçons qu’il faut apprendre de cette campagne.

3 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 30 octobre 2015 07 h 50

    Pas besoin d'un comité pour comprendre votre défaite. Tout ce que vous besoin est une "Justiine". La forme mes amis, et non pas le contenu. Vous saviez que l'intelligence est maintenant méprisé.

  • François Dugal - Inscrit 30 octobre 2015 08 h 09

    Médaille de Bronze

    Le NDP-NPD arrive en troisième place parce que c'est la place normale de la gauche anglophone fédéraliste au Canada. L'embellie de 2011 était une anomalie circonstancielle.

  • Robert Boucher - Abonné 30 octobre 2015 10 h 41

    Je soumet au dit comité que...

    ...M.Mulcair a fait perdre le pouvoir au NPD, pas parce qu'il a voulu respecter la loi ( ce que tout bon politique doit faire) sur la question du niqab, mais parce qu'il a clairement démontré qu'il n'avait absolument pas l'intention de la changer rendu au pouvoir, ce que des milliers de citoyens ont clairement compris. Malgré le fait qu'une majorité écrasante de canadiens et de québécois ont démontré qu'ils se rebiffaient sur cette question, M.Mulcair, probablement à cause de ses valeurs religieuses et de son interprétation personnelle de la notion de laïcité, a décidé de ne pas tenir compte de ces opinions. Ce qui a contribué à ouvrir toute grande la porte au parti libéral.
    Vivement une Charte de la Laïcité au Canada et au Québec.
    Robert Boucher Saguenay