Postes Canada bat en retraite

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes entend demander le retour de la distribution à domicile pour tous ces citoyens.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes entend demander le retour de la distribution à domicile pour tous ces citoyens.

Une semaine après l’élection des libéraux à Ottawa, Postes Canada a décrété, lundi, une pause dans le déploiement des boîtes postales communautaires. La société d’État entend engager le dialogue avec le nouveau gouvernement de Justin Trudeau pour déterminer les actions à prendre.

« Nous allons collaborer avec le gouvernement du Canada afin de déterminer la meilleure voie à suivre étant donné les défis constants auxquels est confronté le système postal canadien », a indiqué Postes Canada dans une déclaration publiée en fin de journée lundi.

Postes Canada précise que cette suspension touche quelque 460 000 adresses à l’échelle du pays où la distribution du courrier devait cesser. « Par conséquent, toutes les conversions prévues pour novembre et décembre 2015 ainsi que celles annoncées pour 2016 ont été suspendues, a souligné Postes Canada. Les clients touchés par cette décision recevront une lettre au cours des prochaines semaines pour les informer de l’état de leur service de livraison du courrier. »

En revanche, dans les secteurs où des boîtes postales ont déjà été installées, les citoyens devront aller y chercher leurs lettres et colis.

Rappelons qu’en campagne électorale, le chef libéral Justin Trudeau avait promis de revoir la décision du gouvernement de Stephen Harper de mettre fin à la livraison du courrier à domicile. Il s’engageait alors à procéder à un nouvel examen des activités de Postes Canada.

En matinée lundi, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes avait même dénoncé le fait que, malgré l’élection d’un nouveau gouvernement, Postes Canada s’apprêtait à interrompre la livraison du courrier dans plusieurs villes, dont Blainville, Sainte-Thérèse, Saint-Jérôme, Farnham, Cowansville, Chicoutimi et Jonquière.

Changement de cap

Magali Giroux, coordonnatrice de la campagne syndicale Sauvons Postes Canada, s’est réjouie de la décision de la société d’État, qui survient une semaine après la victoire électorale des libéraux de Justin Trudeau. « Qu’il y ait eu intervention [politique] ou pas, je pense que la position de M. Trudeau était très claire lors de la campagne. Ça a sûrement mis une pression sur Postes Canada, a expliqué Mme Giroux. À partir du moment où le gouvernement a été élu, et majoritaire de surcroît, c’est sûr que ça allait moins bien pour eux. »

« Mais ce qu’on trouve déplorable, c’est qu’il y ait quand même des milliers de personnes qui ont perdu injustement leur courrier à domicile l’an passé », a-t-elle ajouté. Selon elle, quelque 700 000 à 800 000 ménages ont été convertis aux boîtes postales au cours de la dernière année, et le syndicat entend demander le retour de la distribution à domicile pour tous ces citoyens.

Une dalle, ça s’enlève

Le maire Denis Coderre, qui dans un geste d’éclat avait sorti son marteau-piqueur en août dernier pour briser une dalle de béton installée au parc de l’Anse-à-l’Orme par Postes Canada, a applaudi la décision de la société d’État.

Selon le maire de Montréal, la direction de Postes Canada a assimilé avec succès les principes de la politique 101. « On va attendre le nouveau ministre qui sera le patron de Postes Canada et on va trouver une façon de travailler ensemble », a-t-il indiqué lors d’une mêlée de presse en marge de la séance du conseil municipal lundi soir.

Le maire croit aussi que Postes Canada devrait rétablir le service à domicile pour les citoyens à qui les boîtes postales ont été imposées. « Ça s’enlève facilement, une dalle de ciment », a-t-il fait remarquer.

Postes Canada devrait maintenir le service à domicile tout en envisageant des solutions de compromis, comme une réduction des jours de distribution, estime le maire.
« Postes Canada, pour moi, c’est un service qui est essentiel. Je comprends qu’il y ait une réalité technologique dont il faut tenir compte. Qu’on réfléchisse sur l’avenir des postes, mais qu’on le fasse de façon inclusive. On n’a pas besoin de partir en sauvage. Il y a un partenariat qui doit s’installer avec les municipalités. »

 

Des profits

En décembre 2013, Postes Canada avait plaidé la chute du volume du courrier et la baisse de revenus pour justifier son plan mettant un terme à la distribution du courrier partout au pays. Mais le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes soutient qu’au contraire, Postes Canada est rentable.

 

« Cette décision des conservateurs était totalement idéologique. Postes Canada a créé une crise de toutes pièces et on cherche des solutions à un problème qui n’existe pas. Postes Canada est rentable, car elle a enregistré des profits de 200 millions l’an passé et 1,5 milliard dans les dernières années », affirme Magali Giroux.

Le syndicat soutient que, pour guider son développement, Postes Canada devrait se tourner vers d’autres solutions, comme les services bancaires, qui ont été très profitables pour des sociétés postales ailleurs dans le monde, notamment en Suisse. Elle devrait aussi mettre davantage l’accent sur la livraison de colis, qui est en plein essor, signale Mme Giroux.

Pour l’instant, le litige entourant la fin du service de livraison du courrier à domicile est toujours devant les tribunaux. En mars dernier, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes ainsi que des organismes représentant des personnes retraitées et handicapées avaient demandé à la Cour fédérale de déclarer la décision de Postes Canada inconstitutionnelle et discriminatoire en vertu de la Charte des droits. Les villes de la région de Montréal s’étaient par la suite jointes à l’action en justice intentée par le syndicat.

Le nouveau gouvernement de Justin Trudeau sera assermenté le 4 novembre prochain, et la composition du nouveau conseil des ministres sera alors dévoilée.

4 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 26 octobre 2015 17 h 50

    Les conditions d'une sociétée civilisée

    Dommage que le gouvernement précédents ne croyait qu'a l'autoritarisme, qu'une société comme les postes se soient compromise au point de perdre la confiance du publique est triste, que la société des postes n'a pas comprise qu'un service publique mérite certaines considérations est pénible, c'est d'ailleurs vraie pour tous les services publiques, ce n'est pas les gens au service du gouvernement qui compte, mais le gouvernement aux service des gens, voila selon moi les conditions d'une société civilisée

  • Gérard Raymond - Abonné 26 octobre 2015 18 h 24

    Heureusement que le ridicule ne tue pas !

    Au lieu de réduire la livraison du courrier à domicile à une, deux ou trois fois par semaine ou de relever les tarifs d’affranchissement de façon à assurer la rentabilité de Postes Canada, ce qui nous aurait été acceptable dans un cas comme dans l’autre, on nous contraint, avec ce nouveau système, d’aller quérir notre courrier à près d’un demi kilomètre (0.4 km) de chez nous, alors qu’il y a eu installation de nouvelles boites communes à 40 pieds de chez nous au mois de septembre dernier. Pas drôle de vivre dans un pays aussi pauvre que celui où habitent les Canadiens.

  • Chantal Gagné - Inscrite 27 octobre 2015 08 h 19

    Des avantages aux boîtes postales communautaires

    En plus de trouver que le système des boîtes postales communautaires apporte la quiétude et la sécurité aux gens qui voyagent pour le travail ou le plaisir, ça me force à marcher tous les jours pour aller cueillir mon courrier. En prime, je rencontre des gens que je n'aurais jamais connus autrement. Je crois que c'est une des très rare décision du gouvernement conservateur avec laquelle je suis d'accord.

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 28 octobre 2015 12 h 29

      Je connais bien Postes Canada, et un des problèmes pour l'implantation des boites postales communautaires ( bpcom dans le jargon de l'entreprise ), est de trouver un emplacement adéquat pour les installer.

      À l'ère de l'exercice physique recommandé pour tous, un commentaire comme le vôtre pourrait faire accepter à la clientèle le fait de devoir se déplacer sur une plus grande distance.

      Et au lieu de les regrouper par trois unités, qui desservent 48 adresses, en éloignant les sites, on pourrait les regrouper un plus grand nombre de boites postales au même endroit, permettant de rencontrer plus de gens, une sorte de nouvelle agora.