Diane Finley veut assurer l’intérim chez les conservateurs

Diane Finley à la Chambre des communes au printemps dernier
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Diane Finley à la Chambre des communes au printemps dernier

Ottawa — L’ancienne ministre Diane Finley, réélue lundi, souhaite devenir chef intérimaire du Parti conservateur du Canada et, du même coup, chef de l’opposition officielle.

Le caucus conservateur, réduit à 99 députés lors des élections générales de lundi, doit se choisir un chef intérimaire, mais aucune date n’a encore été fixée pour sa prochaine réunion. Par ailleurs, on ignore encore si les sénateurs conservateurs, eux aussi membres du caucus du parti, auront voix au chapitre.

Tout de suite après la défaite de son parti lundi soir, le premier ministre sortant, Stephen Harper, a laissé savoir qu’il quittait la direction du navire conservateur tout en demeurant député de Calgary. En attendant une course à la direction du parti, les conservateurs doivent se donner un chef intérimaire pour diriger le caucus aux Communes.

Mme Finley, âgée de 58 ans, a oeuvré dans les affaires avant de devenir députée en 2004 dans Haldimand-Norfolk, dans le sud de l’Ontario. Elle soutient qu’elle a l’expérience requise pour gérer le changement et les activités courantes, d’autant plus qu’elle a déjà siégé pour l’opposition à la Chambre des communes (de 2004 à 2006).

Dès l’élection du premier gouvernement de Stephen Harper, en 2006, elle a été nommée ministre des Ressources humaines et du Développement social. Elle a été mutée l’année suivante à la Citoyenneté et à l’Immigration, avant de passer de nouveau aux Ressources humaines et au Développement des compétences, de 2008 à 2013. Elle était depuis ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux.

Mme Finley estime que les députés conservateurs devront maintenant apprendre à passer du pouvoir à l’opposition, où ils ne pourront plus compter sur les ressources importantes de la machine gouvernementale, notamment pour les travaux de recherche.

La fonction de chef de l’opposition officielle s’accompagne d’avantages non négligeables, dont une voiture de fonction avec chauffeur, les clés de la résidence officielle de Stornoway et une augmentation de salaire de 80 100 $.

Si elle était choisie par ses pairs, Mme Finley suivrait les traces de Deborah Grey, qui avait été chef intérimaire de l’Alliance canadienne en 2000. Mme Finley a été élue députée de Haldimand-Norfolk pour la cinquième fois lundi avec 44 % des suffrages exprimés, devant la candidate libérale, à 37 %.