Un engagement à ne pas faire la lutte au PLC - Un bout de papier sans valeur, dit Copps

Ottawa — Sheila Copps se dit prête à signer un formulaire du Parti libéral où elle promettrait de ne pas se présenter sous la bannière du Nouveau Parti démocratique si elle perd l'investiture libérale dans sa circonscription. Mais elle ne se considère pas liée par cette promesse.

«Je ne crois pas que le formulaire vaille le papier sur lequel il est imprimé, a dit Mme Copps en entrevue, hier. Mais je vais le signer, parce que je n'ai pas le choix.»

Tous les aspirants à l'investiture libérale en prévision des prochaines élections fédérales doivent faire une déclaration écrite dans laquelle ils s'engagent à n'être candidats pour aucun autre parti s'ils n'obtiennent pas l'investiture du Parti libéral.

Mme Copps, qui a été courtisée par le NPD, a indiqué qu'elle devra se conformer à la règle afin de pouvoir recruter de nouveaux membres et solliciter l'investiture libérale dans la nouvelle circonscription de Hamilton East-Stoney Creek, en Ontario. Mais elle n'entend pas pour autant renoncer à la possibilité de changer de parti si elle échoue dans son comté, et soutient que les électeurs comprendront son point de vue.

Mme Copps a rappelé que les libéraux ont récemment accepté les transfuges Robert Lanctôt, du Bloc québécois, et Scott Brison, des progressistes-conservateurs. «De toute évidence, a-t-elle poursuivi, cela a été fait en sachant qu'ils s'étaient réservés le droit de changer d'idée. Si c'est valable pour Scott Brison, ce devrait l'être pour moi.»

D'autres sections d'un questionnaire détaillé à l'intention des aspirants candidats comportent des questions sur l'histoire personnelle et matrimoniale et la carrière passée, ainsi qu'un dossier médical.