La proportionnelle aurait privé les libéraux de la majorité

Photo: Olivier Zuida Le Devoir

Si les libéraux sont parvenus lundi à décrocher un mandat majoritaire, ils peuvent dire merci au mode de scrutin majoritaire, qui a une fois de plus créé des distorsions entre les intentions de vote et le nombre de sièges obtenus par les différents partis.

Avec ses 184 députés, le PLC est aujourd’hui confortablement installé au pouvoir, surpassant largement le seuil de 170 sièges nécessaire pour former un gouvernement majoritaire. Il en aurait été autrement avec un mode de scrutin proportionnel pur : Justin Trudeau aurait dirigé un gouvernement minoritaire (134 sièges), tandis que le Bloc québécois (16 sièges) et le Parti vert (12 sièges) auraient obtenu le statut de parti reconnu à la Chambre des communes en faisant élire au moins 12 députés.

Réforme promise

L’organisation Représentation équitable au Canada n’a pas tardé à réagir aux résultats de l’élection en demandant mardi au nouveau premier ministre de tenir sa promesse. En juin dernier, Justin Trudeau s’est en effet engagé à réformer le système électoral : « Nous nous engageons à ce que l’élection 2015 qui s’en vient soit la dernière conduite au Canada, au niveau fédéral, selon le système uninominal à un tour. Nous nous engageons à déposer un projet de loi à cet égard dans les 18 premiers mois », avait-il déclaré. En campagne électorale, les libéraux ont précisé leurs intentions en promettant de créer un comité formé de membres de tous les partis qui analyserait différentes avenues, y compris la représentation proportionnelle et le vote préférentiel. Justin Trudeau ira-t-il de l’avant, lui qui a été avantagé par le système qu’il promet de réformer ? Certains politologues en doutent.

Le mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour, actuellement en vigueur au Canada, élit le candidat qui obtient le plus grand nombre de votes dans chaque circonscription. Le problème, note Représentation équitable au Canada, c’est que le vote d’un électeur qui appuie un candidat perdant n’est pas pris en compte dans le partage des sièges. Si le Canada adoptait un système proportionnel pur, chaque vote compterait, mais les gouvernements minoritaires deviendraient en principe plus fréquents.

11 commentaires
  • Daniel Lemieux - Abonné 21 octobre 2015 05 h 28

    Inertie et pouvoir

    Tant et aussi longtemps que les partis politiques au pouvoir seront avantagés par le statu quo, il n'y aura aucune volonté de changement.

    Difficile dans ce cas pour les simples citoyens de faire pression afin de réformer le système.

    Triste démocratie ...

    • Cyr Guillaume - Inscrit 21 octobre 2015 14 h 58

      Si il ne tient pas sa promesse, il en paiera le prix fort à la prochaine partielle/générale.

  • Gaston Bourdages - Abonné 21 octobre 2015 06 h 07

    Quelles sont, chez les politiciens.nes, les...

    ...qualités requises pour décider, une fois pour toutes, de mettre en place un système de scrutin proportionnel ?
    Gaston Bourdages

  • Raymond Lutz - Inscrit 21 octobre 2015 07 h 09

    ça y est, ça commence...

    Le salissage de la proporotionnelle. Les libéraux auraient été minoritaire (ce qui est discutable) mais la Chambre aurait été représentative des canadiens!!! C'est pas ça le but? On veut des gens qui débattent (et s'entendent) pour le bien des citoyens, pas un dictateur qui nous impose ses lubies pendant dix ans!

    Et les détracteurs de la proportionnelle ne peuvent prendre le vote du 19 octobre et simplement faire des proportions avec ces voix... Car les nonvotants auraient voté en masse, motivés par la proportionnelle justement! Et ce groupe est déterminant : ils sont ONZE MILLIONS.

  • Gilbert Turp - Abonné 21 octobre 2015 07 h 20

    Voilà le chemin

    Quand on regarde le résultat en proportionnel, on voit tout de suite que c'est nettement plus représentatif et que ça reflète mieux la complexité des mouvances sociales.

    Ce serait plus délicat de gouverner, mais beaucoup plus juste et mesuré aussi.

    Personnellement, je serais également en faveur d'une représentation de ces % autour de la table des ministres.

    • Jacques Patenaude - Abonné 21 octobre 2015 09 h 30

      Ça donnerait aussi plus de jobs aux apparitchiks des différents partis.

      Parizeau disait qu'après avoir conçu de belles grandes politiques nationales le retour à son bureau de comté le ramenait sur terre. La proportionnelle élimine la représentation locale qui est apte à ramener les politiciens sur terre. C'est un des principaux défauts de cette formule.

      Je crois qu'un député local est souvent plus apte à représenter ses électeurs qu'un groupe de carriéristes qui défendent principalement les intérêts de leur parti bien avant celui des électeurs.

  • Jacques Labonté - Abonné 21 octobre 2015 08 h 09

    Vote stratégique

    En fait, on pourrait se demander dans quel sens le "vote stratégique", qui a certainement contribué à la majorité libérale, aurait influencé les résultats dans une élection proportionnelle. Je pense que beaucoup d'électeurs auraient voté autrement... Qu'en disent les experts ?