Un proche conseiller de Trudeau doit démissionner

Daniel Gagnier a été chef de cabinet du premier ministre libéral Jean Charest de 2007 à 2009.
Photo: ICPE Daniel Gagnier a été chef de cabinet du premier ministre libéral Jean Charest de 2007 à 2009.

Le coprésident du comité de campagne nationale de Justin Trudeau, Daniel Gagnier, a été forcé de démissionner mercredi en début de soirée. La controverse a éclaté après qu’il eut donné de précieux conseils à TransCanada, les invitant à mener des efforts de lobbyisme dès l’élection du prochain gouvernement pour éviter tout retard dans le projet de pipeline Énergie Est.


« Afin d’éviter toute distraction de la campagne électorale et d’assurer que Justin Trudeau soit élu premier ministre du Canada, j’ai pris la décision de prendre du recul par rapport à la campagne, a-t-il écrit dans une brève déclaration transmise par le Parti libéral. Je regrette que cette campagne soit affectée par des attaques négatives et personnelles. J’ai toujours agi dans les règles de l’art. »

Le Parti libéral a aussi répété que M. Gagnier « a toujours agi dans le plein respect des règles ». Plus tôt en journée, les libéraux avaient fait valoir que M. Gagnier ne conseille pas Justin Trudeau sur les questions énergétiques.

Les informations privilégiées transmises lundi par Daniel Gagnier à TransCanada ont néanmoins eu raison de son poste de proche collaborateur de M. Trudeau, et ce, à cinq jours des élections.

Selon les informations transmises au Devoir mercredi, M. Gagnier a envoyé lundi un long courriel à cinq responsables de TransCanada pour leur expliquer clairement les étapes qui doivent suivre l’élection du prochain gouvernement.

Dans son message, il leur suggère d’ailleurs clairement de s’adresser rapidement au gouvernement qui sera élu à Ottawa. Soulignant que les « règles » d’évaluation sous l’égide de l’Office national de l’énergie seront révisées, il juge que des démarches hâtives sont nécessaires pour que la révision « n’entrave pas » le « calendrier » de mise en service du pipeline Énergie Est. Selon les visées de TransCanada, ce pipeline d’exportation pourrait transporter 1,1 million de barils de brut albertain chaque jour dès 2020.

Daniel Gagnier rappelle aussi l’importance pour TransCanada et les joueurs de l’industrie d’être proactifs et de faire valoir leurs points de vue auprès des libéraux ou des néodémocrates quant à leur stratégie énergétique nationale.

Le haut gradé au sein du clan Trudeau explique en outre aux gens de TransCanada qu’un gouvernement libéral ou néodémocrate risque fort de réduire la taille du cabinet à environ 25 ministres. Cela signifierait, selon lui, que les ministres auront des « mandats élargis » et que le ministre des Finances aura un rôle « critique » à jouer dans le dossier Énergie Est. Il termine son courriel en soulignant qu’il serait « heureux » de répondre à « toutes questions » de la part des responsables de TransCanada.

Dans le cadre de ce message envoyé à des responsables de TransCanada, M. Gagnier explique par ailleurs à grand renfort de détails les étapes qui attendent le prochain gouvernement, qu’il soit libéral ou néodémocrate. Selon lui, les prochaines semaines permettront notamment de démontrer le retour du « multilatéralisme » au Canada. Sur la scène internationale, des contacts devraient ainsi être engagés rapidement avec le président américain, Barack Obama. Fait à noter, TransCanada tente toujours de faire approuver son projet de pipeline Keystone XL, qui vise justement les États-Unis.

Attaques du NPD

Le NPD a réagi mercredi en fin d’après-midi en soulignant qu’il entendait écrire à la commissaire au lobbying afin de lui demander d’enquêter sur les actes de M. Gagnier. « On assiste aux mêmes manigances politiques qui ont caractérisé le règne de Stephen Harper, a affirmé le candidat néodémocrate Charlie Angus. M. Trudeau veut remplacer Stephen Harper en disant aux Canadiens qu’il est différent. Savait-il que le coprésident de sa campagne se servait de son influence pour faire pression en faveur d’Énergie Est ? »

Chose certaine, M. Gagnier a une longue feuille de route en politique, notamment au Bureau du Conseil privé et aux Affaires étrangères. Il a aussi présidé l’Institut canadien de politique énergétique, un organisme de lobbyisme de l’industrie.

Daniel Gagnier a par ailleurs été chef de cabinet du premier ministre libéral Jean Charest de 2007 à 2009. En 2010, en plein scandale des gaz de schiste au Québec, M. Gagnier avait été recruté par l’entreprise albertaine Talisman Energy en tant que membre d’un comité consultatif sur les activités de l’entreprise au Québec. En 2012, il a conseillé le gouvernement Charest pendant la crise étudiante. Au printemps dernier, il a été nommé à un comité du Québec sur les relations autochtones.

Promesse de Trudeau

Dans le dossier Énergie Est, Justin Trudeau a promis à plusieurs reprises de revoir le processus d’évaluation du projet sous l’égide de l’Office national de l’énergie, pour y inclure les émissions de gaz à effet serre générés par la production pétrolière des sables bitumineux qui coulerait dans ce tuyau.

« Le gouvernement canadien doit s’assurer que nos ressources se rendent sur les marchés. Mais au XXIe siècle, ça veut dire le faire de façon responsable, c’est-à-dire avec l’approbation sociale, en partenariat avec les communautés autochtones et avec l’approbation de la communauté scientifique et écologique. Le projet Énergie Est n’est pas en train d’obtenir cette approbation et a énormément de difficultés à l’obtenir », a par ailleurs déjà constaté M. Trudeau, en entrevue au Devoir.

À voir en vidéo