Sans contrat, Davie invite les candidats à voir le futur ravitailleur

Lévis — À moins d’une semaine des élections, le chantier naval Davie a invité les candidats locaux, mardi, à voir de leurs yeux le navire que l’entreprise veut transformer en ravitailleur pour l’armée canadienne. La campagne électorale, déclenchée le 1er août, a empêché la conclusion du contrat (dont la valeur oscillera entre 200 millions et 400 millions de dollars), mais le gouvernement conservateur a signé le 31 juillet dernier une lettre d’intention qui donne à Davie le mandat d’amorcer les travaux. « Nous avons eu du soutien du gouvernement pour commencer le travail, je ne peux pas donner de chiffres, mais disons que nous avons une très bonne relation avec le gouvernement », a dit le directeur du projet de conversion, Spencer Fraser. Le porte-conteneurs Asterix, qui appartenait à un armateur grec, a été acheté en août dernier par l’entreprise. « On sent qu’il y a de l’électoralisme là-dedans », a lâché le candidat néodémocrate dans Lévis-Bellechasse, Jean-Luc Daigle, à propos de la conférence de presse de mardi. Le NPD dit souhaiter une attribution équitable des contrats. Le candidat bloquiste Antoine Dubé a pour sa part estimé que la valeur du contrat sera faible comparativement aux 33 milliards de contrats navals octroyés ces dernières années aux concurrents de Davie. Le candidat libéral Jacques Turgeon a affirmé que son parti voit d’un bon oeil le projet.

À voir en vidéo