Le NPD veut «mettre un terme à la décennie perdue de Stephen Harper»

Si Stephen Harper devait remporter un mandat minoritaire le 19 octobre prochain, il aura de la difficulté à se maintenir en poste. Du moins s’il n’en tient qu’au NPD. La formation de Thomas Mulcair a rendu publique vendredi sa plateforme électorale dans laquelle il est écrit noir sur blanc que les néodémocrates tenteront de renverser un gouvernement conservateur minoritaire à la moindre occasion. Des alliances ou une coalition formelle seront envisagées, pour peu qu’elles excluent le Bloc québécois.

« Nous travaillerons de concert avec d’autres partis fédéralistes, dans le cadre d’ententes informelles ou stables, pour mettre un terme à la décennie perdue de Stephen Harper », est-il écrit dans le document. Les derniers sondages, qui placent les conservateurs en tête ou alors en seconde place talonnant les libéraux de Justin Trudeau, confirment que l’hypothèse d’un gouvernement minoritaire dirigé par Stephen Harper est envisageable.

Dans les coulisses néodémocrates, on insiste cependant que l’exclusion du Bloc québécois à titre de parti non-fédéraliste ne s’appliquerait pas lorsqu’il s’agit d’initiatives circonscrites. Le NPD n’exclut donc pas la possibilité d’endosser des projets de loi bloquistes, par exemple.

Si la plateforme électorale dévoilée vendredi réitère toutes les promesses connues faites par le NPD jusqu’à présent, elle contient néanmoins tout un passage nouveau sur la réforme démocratique. Ainsi, on y apprend qu’élu, le NPD s’attaquerait aux nominations partisanes. Pour ce faire, il mettrait sur pied un comité de six personnes, choisies conjointement par le gouvernement et l’opposition officielle, dont le mandat serait d’approuver toutes les nominations politiques. Il est donc peu probable que se perpétuent les nominations d’amis du régime à des postes pour lesquels ils sont peu qualifiés.

Un gouvernement du NPD interdirait aux députés de demander des honoraires de conférencier, comme Justin Trudeau l’a déjà fait avant qu’il devienne chef du Parti libéral. « Les Canadiens ne devraient pas être obligés de payer pour obtenir le privilège d’entendre leurs représentants élus », est-il écrit.

Les honoraires de M. Trudeau, atteignant parfois jusqu’à 20 000 $ la conférence, avaient fait grand bruit dans les médias. Mais au moins un organisme sans but lucratif qui avait payé le tarif s’en était dit très satisfait car la présence de M. Trudeau lui avait permis de grassement rentabiliser sa levée de fonds.

Un gouvernement néodémocrate interdirait aussi aux parlementaires de siéger sur des conseils d’administration et y toucher une rémunération. On sait que plusieurs sénateurs dont les dépenses ont fait l’objet d’enquête, dont Pamela Wallin, siègent sur de tels conseils. Le NPD s’engage lui aussi, comme le Parti libéral, à instaurer un système de représentation proportionnelle en vue du prochain scrutin fédéral.

Halte aux mammouths !

Un gouvernement de Thomas Mulcair veut mettre un terme à la prolifération des projets de loi budgétaires monstrueux qui modifient des dizaines de loi dans des secteurs aussi variés que la nomination des juges et la protection environnementale. Il donnerait donc le pouvoir au président de la Chambre des communes de fractionner les projets de loi trop hétéroclites.

Le NPD assouplirait aussi la Loi sur l’accès à l’information en éliminant tous les frais de production de documents. Il ferait aussi s’appliquer la Loi sur l’administration du Parlement, le bureau du premier ministre et ceux des ministres. À l’heure actuelle, il est impossible, par exemple, de faire une demande d’accès pour connaître la nature exacte des dépenses que les députés se font rembourser par le Parlement.

Mégantic et microbrasserie

Le NPD promet aussi des sommes pour répondre à la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic. Ainsi, une somme de 5 millions par année est accordée pour chacune des quatre années d’un mandat pour augmenter le nombre d’inspections ferroviaires. Le NPD prévoit 15 millions pour tenir une enquête publique sur les événements. Et enfin, un gouvernement du NPD s’engagerait à construire une voie ferroviaire pour contourner Lac-Mégantic, en mettant de côté 75 millions à cette fin. Le NPD calcule que ce montant serait suffisant pour payer la totalité de la facture.

Par ailleurs, notons que le NPD promet d’instaurer un crédit d’impôt d’une valeur annuelle de 2 millions pour les microbrasseries.

4 commentaires
  • Raynald Richer - Abonné 9 octobre 2015 11 h 52

    à propos de la photo


    Je ne suis pas nécessairement un grand partisan de M.Mulcair. Mais cette photo est presque une position éditoriale.

    Mais je m’attends que le Devoir fasse une utilisation un peu plus objective des images.

  • Gilles Théberge - Abonné 9 octobre 2015 13 h 40

    Hum....

    Ça ressemble à du hockey de rattrapage...

    • Cyr Guillaume - Inscrit 9 octobre 2015 16 h 12

      Je ne vous le fait pas dire, surtout qu'il sait que les chances pour lui de gagner sont de plus en plus minces. Et toute alliance exclue avec le BQ? Parfait monsieur le fédéraliste, encore une fois vous prouvez que ce qui vaut pour pitou n'est pas nécessairement bon pour minou, donc deux poids deux mesures, comme toujours dans ce cher canada. Cela ne fait que confirmer mon intention de voter BQ au fédéral advitam eternam tant et aussi longtemps que je vivrais.

  • Jean-François Trottier - Abonné 9 octobre 2015 15 h 25

    Pas de Bloc dans mon ti-carré de sable!

    Bon, alors on sait à quoi s'attendre.

    Comme toujours, les séparatisssssses restent des proscrits, plus ou moins des traîtres.

    Le NPD comme les autres refuse de représenter 40% des Québécois et se dit "ouvert". Wow!

    Dans un bel unisson les fédéralistes tiennent mordicus à conserver leur esprit obtus et sans faille, comme en '84, comme en '87, en '95 et la suite ad nauseam.

    Mais qu'est-ce que je fais dans un pays pareil ?